Hollande reconnaît une « part de responsabilité dans la situation de l’hôpital »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
5b96e1957da0effed15b0f6f8d1c005d09d32e05.jpg

L’ancien président de la République François Hollande a reconnu lundi une « part de responsabilité dans la situation de l’hôpital », avec notamment un manque de « renouvellement » des masques, tout en critiquant l’absence de contrôles réguliers des stocks depuis 2017.

« J’ai ma part de responsabilité aussi dans la situation de l’hôpital » durant la crise du coronavirus, a déclaré François Hollande sur France Inter. « Depuis des années on a contraint l’hôpital, et j’y ai pris ma part, je ne veux pas du tout m’exclure », a-t-il ajouté.

Alors que s’ouvre lundi un « Ségur de la Santé », vaste concertation destinée à améliorer les conditions de travail du secteur, M. Hollande a rejeté l’hypothèse de la fin des 35 heures pour les soignants, avancée par le ministre de la Santé: « Il faut mettre de la souplesse, de la négociation, mais de grâce ne supprimons pas ce qui est regardé comme un acquis social ».

L’ancien président socialiste a détaillé la situation des hôpitaux: « On a mis une suradministration, que le personnel rejette, un codage d’actes et la tarification qui les a obligés à remplir plus de papiers que de soigner ».

« Il y a aussi la question des rémunérations », a-t-il convenu.

Interrogé sur la baisse des stocks de masques sous sa présidence, M. Hollande a expliqué: « Une décision a été prise en 2011 de ne pas centraliser le stockage des masques comme avant, et en 2013, l’administration a considéré qu’il fallait confirmer cette décision pour mettre les masques là où ils sont utilisés: collectivités, hôpitaux, entreprises ».

« Je pense que cette orientation, fondée sur la proximité et l’efficacité, était la bonne, mais ça supposait un contrôle du stockage des masques. Moi je l’ai fait trois fois », a-t-il argué.

« Il y avait un peu moins d’un milliard de masques quand je suis arrivé et 740 millions quand je suis parti », a-t-il poursuivi. « Peut-être n’y a-t-il pas eu assez de renouvellement de masques périmés ».

Mais « quand la crise sanitaire a démarré il n’y en avait plus que 140 ou 150 millions, ça veut dire que des masques ont été détruits », a souligné M. Hollande, estimant que « ce qui n’a pas été fait suffisamment depuis 2017, c’est une vérification régulière du stock de masques ».

« Je souhaite une commission d’enquête. Est-ce qu’il faut pour autant chercher un bouc émissaire dans cette affaire » alors qu' »il y a un moyen de trouver la sanction », par « le vote », a-t-il conclu.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus