in

Sans play-offs pour enjeu, Lillard (Portland) dit qu’il ne rejouera pas

La star de Portland, Damian Lillard, a prévenu mardi qu’il ne participerait pas à une éventuelle reprise de la saison NBA, suspendue depuis le 11 mars à cause du coronavirus, si ses Trail Blazers n’avaient aucune possibilité de se qualifier pour les play-offs.

« Si nous reprenons et qu’ils disent +nous ajoutons quelques matches pour terminer la saison régulière+ et nous envoient là-bas pour des matches sans enjeu, sans nous donner la possibilité de lutter pour les play-offs, je serai avec mon équipe parce que je fais partie de l’équipe. Mais je ne jouerai pas », a déclaré Lillard à Yahoo Sports.

La NBA planche actuellement sur le format de reprise de son championnat fin juillet à Disney World en Floride. Plusieurs médias indiquent que l’instance voudrait voir chacune des trente équipes disputer cinq à sept matches pour atteindre les 70 matches de saison régulière, afin de remplir leurs obligations contractuelles avec les réseaux de télévision régionaux.

Un scénario qui laisse peu de chances à Portland, 9e de la conférence Ouest avec 29 victoires et 37 défaites, de rattraper Memphis (32-33) virtuellement détenteur du dernier sésame pour les play-offs.

« Je me présenterai au travail, je serai à l’entraînement et je serai avec mon équipe. Je vais faire tout cela… et ensuite je serai assis sur le banc pendant les matches », a insisté Lillard.

Un autre scénario de reprise également évoqué par d’autre médias, visant à organiser des barrages pour permettre aux équipes classées au-delà de la 8e place de chaque conférence d’accéder aux play-offs, satisferait Lillard.

Si la NBA propose « une sorte de mini-tournoi impliquant les équipes classées entre la 7e et la 12e place (avec quatre tickets en jeu, ndlr), ce serait parfait », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    coup d’arrêt pour l’hydroxychloroquine en France

    huit milliards pour l’automobile, coup de frein sur l’hydroxychloroquine