Monde

Un détenu sous responsabilité fédérale décède après avoir été aspergé de poivre par des gardiens

Un détenu de la prison fédérale de New York est décédé mercredi après que des agents correctionnels l’aient aspergé de gaz poivré, a déclaré le Bureau des prisons.

Les agents ont pulvérisé Jamel Floyd, 35 ans, après s’être barricadé dans sa cellule au centre de détention métropolitain de Brooklyn et brisé la fenêtre d’une porte de cellule avec un objet métallique, a indiqué l’agence.

“Il est devenu de plus en plus perturbateur et potentiellement dangereux pour lui-même et pour les autres”, a indiqué l’agence dans un communiqué. “Le spray au poivre a été déployé et Floyd a été retiré de sa cellule.”

La mère de Floyd a déclaré que son fils souffrait d’asthme et de diabète et que les responsables de la prison étaient au courant de son état de santé.

“Ils ont maculé mon fils”, a déclaré Donna Mays au Daily News. “Ils ont assassiné mon fils.”

Les membres du personnel médical de la prison qui ont vérifié Floyd l’ont trouvé plus tard, a indiqué l’agence. Ils ont commencé à sauver des vies et ont appelé une ambulance. Il a été déclaré mort à l’hôpital.

Le Bureau des prisons a déclaré qu’il n’y avait aucune indication que la mort de Floyd était liée au coronavirus. L’affaire fait l’objet d’une enquête, le bureau du médecin légiste de la ville procède à une autopsie et le FBI et le US Marshal’s Service ont été informés.

Le chef du syndicat représentant les agents correctionnels de la prison a refusé de commenter, affirmant que la direction n’avait pas encore fourni d’informations sur ce qui s’était passé.

Floyd était au Metropolitan Detention Centre depuis le 30 octobre, transféré du centre correctionnel d’État Sing Sing, où il purgeait une peine de 12 à 15 ans pour sa participation à une violente invasion de domicile à Long Island en 2007. Il était éligible à la libération conditionnelle en octobre, selon les dossiers de la prison d’État.

Les dossiers judiciaires n’ont montré aucun cas fédéral avec une personne du nom de Floyd en tant que défendeur.

Floyd, qui était noir, est décédé au milieu d’une fermeture des prisons fédérales à l’échelle nationale, stimulée par des protestations et des violences à la suite de la mort de George Floyd le 25 mai et des procédures spéciales à cause de la pandémie de coronavirus, par exemple en obligeant les détenus à porter des masques.

Le centre de détention métropolitain a connu un certain nombre de problèmes ces dernières années, notamment une panne de courant d’une semaine en janvier 2019 qui a déclenché des troubles parmi les détenus frissonnants.

En mars, la prison avait le premier détenu du système pénitentiaire fédéral à tester positif pour le coronavirus.

Le Bureau des prisons a commencé à armer les agents correctionnels avec du gaz poivré plus largement après qu’un officier d’un pénitencier de Pennsylvanie eut été pris en embuscade et tué par un détenu en 2013.

Avant cela, la plupart des officiers n’avaient que des clés, des menottes et une radio portable pour les protéger.

Les défenseurs des droits des prisonniers soutiennent depuis longtemps que les effets du gaz poivré sont plus nocifs pour les détenus souffrant de problèmes respiratoires. Ils ont également exprimé leur inquiétude quant à l’abaissement de la barre de recours à la force.

Le Bureau des prisons a déclaré que ses agents ne sont formés à l’utilisation de gaz poivré que lorsque le personnel ou les détenus sont en danger immédiat et seulement après avoir tenté de désamorcer la situation avec des instructions verbales.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.