La mort d’un garçon noir déclenche une manifestation au Brésil

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des centaines de Brésiliens ont défilé vendredi à la suite de la mort d’un garçon noir dont la mère, une bonne, l’avait confié à son employeur blanc, en écho aux protestations qui ont secoué les États-Unis.

Miguel da Silva, cinq ans, est décédé mardi en tombant du neuvième étage du gratte-ciel où sa mère travaillait dans la ville de Recife.

Elle l’avait laissé aux soins de la femme blanche pour laquelle elle travaillait pendant qu’elle promenait le chien de la famille.

Des images de caméras de sécurité diffusées sur une télévision brésilienne montrent l’employeur blanc interagissant avec le garçon alors qu’il se tient à l’intérieur de l’ascenseur de service, puis en appuyant sur le bouton du dernier étage et en le laissant seul à l’intérieur.

Selon les médias, après être sorti de l’ascenseur, le garçon est passé par une fenêtre, a grimpé sur une balustrade de balcon et est mort.

L’affaire a déclenché une prise de position brésilienne contre les manifestations qui ont balayé les États-Unis contre le racisme et la brutalité policière.

« Vidas negras importam » – « Les vies noires comptent » – ont déclaré des signes portés par des manifestants à Recife, la capitale de l’État du nord-est de Pernambuco.

« Il est important d’être présent à cette manifestation parce que la vie de Miguel représente la réalité de beaucoup d’autres enfants noirs, les enfants de travailleurs domestiques. Il aurait pu être n’importe lequel d’entre nous », a déclaré la manifestante Nathalia Ferreira.

Portant des masques contre la pandémie de coronavirus et des t-shirts avec la photo du garçon, les manifestants ont marché de la cour de justice vers le bâtiment où il est décédé.

« Nous craignons que ce crime soit pris à la légère et laissé impuni. Il est important que justice soit faite », a déclaré Monica Oliveira du Pernambuco Black Women’s Network.

Comme aux États-Unis, les relations raciales sont tendues au Brésil, dernier pays des Amériques à abolir l’esclavage.

Les Noirs représentent 56% de la population brésilienne, mais gagnent environ la moitié de la moyenne des Blancs, ont une espérance de vie inférieure et, selon les militants, sont confrontés à une discrimination profondément enracinée.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus