les Etats-Unis menacent de cesser leur aide financière à l’AMA, qui réplique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les Etats-Unis menacent de cesser leur aide financière à l’Agence mondiale antidopage (AMA) si celle-ci n’adopte pas immédiatement de profondes réformes, selon le rapport d’un organe de la Maison Blanche vigoureusement contesté par l’instance ciblée, qui fustige ses erreurs et même ses mensonges.

Ce rapport de 19 pages de l’ONDCP, un des organes qui composent le Bureau exécutif du président, chargé de la politique de contrôle des drogues, contient une série de recommandations au Congrès américain s’appuyant sur de nombreuses critiques formulées à l’endroit de l’AMA, notamment sur sa gestion du scandale du dopage russe.

« Le scandale du dopage en Russie continue de démontrer l’insuffisance de l’AMA en terme d’indépendance et de capacité à faire respecter fermement, efficacement et en temps opportun le Code antidopage, à tenir les principaux pays responsables en vertu des règles et à répondre aux attentes », indique le rapport.

« Les athlètes américains, ainsi que tous les athlètes propres du monde entier, ont besoin et méritent notre intervention rapide pour rendre l’AMA non sujette aux conflits d’intérêts, plus efficace dans la protection des athlètes propres et plus apte à résister au dopage institutionnalisé », est-il ajouté.

S’estimant « injustement attaquée », l’AMA conteste fermement les arguments et faits établis dans ce rapport.

« La semaine dernière, l’ONDCP nous a transmis trois paragraphes du rapport provisoire, nous demandant de les informer de toute éventuelle erreur factuelle. Il y avait un certain nombre de déclarations inexactes et trompeuses et nous avons suggéré diverses corrections. Malheureusement, aucune n’a été incluse », réagit l’instance, déplorant en outre « d’autres erreurs, idées fausses et mensonges » dans le rapport final.

– « Retour sur investissement » –

« Il est incompréhensible qu’un tel rapport soit rendu alors que les représentants du gouvernement américain n’ont jamais exprimé aucune de ces préoccupations autour de la table du Conseil d’administration de l’AMA au cours des 20 dernières années », a-t-elle ajouté.

Le rapport remet en question l’utilisation par l’instance de l’argent des contribuables américains. Les États-Unis sont le plus grand contributeur à l’AMA, avec plus de 2,7 millions de dollars alloués au budget 2020 dont le montant total est de 37,4 millions.

« Le gouvernement des États-Unis a le devoir de veiller à ce que l’argent des contribuables américains soit dépensé efficacement », argue l’ONDCP.

« Les contribuables américains devraient recevoir un retour sur investissement en matière de sport propre, de fair-play, de gestion efficace du système antidopage mondial et de représentation au sein du pouvoir exécutif de l’AMA, à la hauteur de la contribution financière des États-Unis », poursuit-il.

Une suggestion rejetée par l’AMA. « L’idée selon laquelle les pays devraient être représentés proportionnellement à leur contribution financière n’a aucun sens », balaye-t-elle, arguant que « cela empêcherait toute représentation de continents entiers, sans parler de certaines nations ».

– « Intention de discréditer » –

L’ONDCP appelle l’AMA en outre à réformer sa gouvernance en incluant des athlètes indépendants et des représentants antidopage dans ses comités directeurs, afin d’éviter « toute influence indue de la part d’organisations sportives ayant un intérêt financier direct dans ses décisions ».

« Cela peut être accompli en réduisant le nombre de représentants d’organisations sportives dans les divers postes actuels de gouvernance ou au sein des organisations sportives membres des comités directeurs », suggère l’organe.

L’Agence antidopage des États-Unis (Usada), qui a poussé pour ce rapport, a longtemps critiqué la structure de gouvernance de l’AMA, se demandant si l’organisation peut fonctionner de manière indépendante avec autant de responsables de fédérations sportives et de membres du Comité international olympique, exerçant selon elle une influence en son sein.

Or l’AMA a rappelé que les États-Unis comptaient plus de représentants (11) dans ses comités et organes consultatifs que tout autre pays. « Et cette influence américaine n’est pas nouvelle », souligne-t-elle, rappelant que cela est le cas « chaque année » depuis sa création en 1999.

« Il est très regrettable que le rapport ait été rédigé (…) avec la claire intention de discréditer l’AMA », estime encore l’instance, se demandant si l’Agence antidopage américaine (Usada) et la Maison Blanche « ne tentent pas d’induire le Congrès américain en erreur ».

Raison pour laquelle elle est en train de finaliser une réponse au rapport de l’ONDCP, qui sera envoyée au Congrès américain « dans les prochains jours ».

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available