Monde

ONU: Les conditions ne sont toujours pas réunies pour un retour “sûr et digne” des Rohingyas

Mardi, le chef des droits de l’homme de l’ONU a regretté que la situation des droits des Rohingyas ne se soit pas améliorée et que les conditions de leur retour sûr, digne et durable au Myanmar ne soient toujours pas réunies.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a pris la parole lors de la 44e session du Conseil des droits de l’homme en parlant de la situation des droits de l’homme de la minorité musulmane persécutée du Myanmar.

“Malheureusement, je dois à nouveau signaler que la situation des droits humains des Rohingyas dans l’État de Rakhine ne s’est pas améliorée et que les conditions de leur retour sûr, digne et durable du Bangladesh ne sont toujours pas réunies”, a-t-elle déclaré.

Bachelet a déclaré que les restrictions à l’accès humanitaire et à la liberté de mouvement liées à la nouvelle pandémie de coronavirus avaient encore aggravé cette situation.

“Tout en félicitant le Myanmar d’avoir contenu le virus à ce jour, j’appelle le gouvernement à respecter l’appel du secrétaire général (Antonio Guterres) à un cessez-le-feu mondial, à mettre fin à l’intensification du conflit armé dans l’État de Rakhine et à s’attaquer aux causes profondes qui ont empêché Les Rohingyas reviennent depuis 2017 », a déclaré Bachelet.

Elle a déclaré que dans les États de Rakhine et de Chin, la population civile, y compris plusieurs communautés minoritaires, continuait de subir le poids d’un conflit armé croissant entre les militaires, connus sous le nom de Tatmadaw, et le groupe d’insurgés de l’armée arakan. Elle a déclaré que le week-end dernier, la Tatmadaw avait lancé une soi-disant “opération de déminage” dans la région de Kyauktan du canton de Rathedaung à Rakhine.

Les résidents ont été invités à quitter leur domicile car “toute personne laissée pour compte serait prise en compte (armée d’Arakan)”.

Elle a appelé la Tatmadaw à étendre le cessez-le-feu en vigueur ailleurs dans le pays aux États de Rakhine et de Chin et à mettre immédiatement un terme à ces «opérations de déminage».

En réponse, un envoyé du Myanmar a déclaré: “De nombreux obstacles entravent les engagements du rapatriement, mais nous continuons de collaborer avec le Bangladesh pour mettre en œuvre l’accord de rapatriement, même en cette période de pandémie mondiale”.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.