La France restitue les restes de 24 résistants algériens après une campagne prolongée

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré jeudi que la France rendrait les restes de 24 résistants tués pendant la période de son règne sur la nation nord-africaine.

« Dans quelques heures, des avions militaires algériens rentreront de France et atterriront à l’aéroport international Houari Boumediene avec les restes de 24 membres de la résistance populaire », a déclaré Tebboune lors d’une cérémonie militaire.

Tebboune a déclaré que certains des restes appartenaient à des dirigeants du mouvement de résistance qui ont été tués au 19ème siècle lors des combats contre la France, qui a occupé et dirigé l’Algérie pendant 132 ans.

Dans son discours, Tebboune a déclaré que ces résistants « avaient été privés de leur droit naturel et humain d’être enterrés pendant plus de 170 ans ».

L’un des chefs dont les restes doivent être restitués est Sheikh Bouzian, qui a été capturé en 1849 par les Français, abattu et décapité. Les restes de deux autres figures clés de la résistance – Bou Amar Ben Kedida et Si Mokhtar Ben Kouider Al Titraoui – figurent également parmi ceux attendus en Algérie.

Le pays a obtenu son indépendance de la France en 1962 après huit ans de conflit acharné qui ont fait 1,5 million d’Algériens morts.

Emmanuel Macron, le premier président français né après la guerre, a effectué sa première visite officielle en Algérie en décembre 2017, annonçant qu’il était venu en « ami » malgré les liens historiquement épineux de la France avec son ancienne colonie.

À l’époque, il avait déclaré au site d’information Tout sur l’Algérie qu’il était « prêt » à voir son pays rendre les crânes des résistants algériens.

Les universitaires algériens et français ont longtemps fait campagne pour le retour de 37 crânes détenus au Musée de l’Homme à Paris. En décembre 2019, Macron a déclaré que « le colonialisme était une grave erreur » et a appelé à tourner la page du passé. Au cours de sa campagne électorale présidentielle, Macron avait provoqué une tempête en qualifiant la colonisation française de l’Algérie de « crime contre l’humanité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available