La Chine lance un groupe de travail sur la police politique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Chine a lancé un groupe de travail spécial pour intensifier le maintien de l’ordre politique afin de maintenir la stabilité sociale, a déclaré le parquet officiel, la dernière initiative visant à freiner la dissidence sur la gestion par Pékin du coronavirus et les manifestations à Hong Kong.

Le groupe de travail devrait « réprimer toutes sortes d’infiltrations, de subversion, de sabotage, d’activités terroristes violentes, d’activités séparatistes ethniques et d’activités religieuses extrêmes », selon les notes non datées d’une réunion du groupe de travail publiées dans le journal lundi.

La nouvelle du groupe de travail est arrivée le même jour qu’un professeur de droit de Pékin, qui a critiqué ouvertement le Parti communiste au pouvoir et le président Xi Jinping, a été emmené par les autorités.

La principale responsabilité du groupe de travail est de sauvegarder le système politique chinois. « La sécurité politique est liée à la sécurité nationale et au bien-être des gens », selon les notes.

Faisant référence à la lutte contre le coronavirus, les notes indiquent qu’un gouvernement ne peut garantir la sécurité de son peuple que s’il maintient un environnement politique stable.

Le groupe de travail fait partie du groupe de coordination « Construire une Chine pacifique » créé en avril et dirigé par Guo Shengkun, le plus haut responsable chinois de l’application des lois.

Le lancement intervient après que le parlement chinois a adopté une législation sur la sécurité nationale pour Hong Kong à la fin du mois de juin, qui punit les crimes de sécession, de subversion, de terrorisme et de collusion avec des forces étrangères pouvant aller jusqu’à la prison à vie.

Hong Kong a été ébranlée par de grandes manifestations, parfois violentes, en faveur de la démocratie depuis la mi-2019.

Les nouvelles lois sur la sécurité ont été critiquées par des militants en faveur de la démocratie, des avocats et des gouvernements étrangers qui craignent qu’elle ne soit utilisée pour étouffer la dissidence et porter atteinte aux libertés promises à l’ancienne colonie britannique lors de son retour au pouvoir chinois en 1997.

Le lendemain de l’entrée en vigueur de la loi, un homme a été arrêté pour avoir porté le drapeau de l’indépendance de Hong Kong.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available