in

nouvelle revue des coûts d’ici la fin de l’année

Les acteurs des Jeux olympiques de Paris-2024 vont engager « avant la fin de l’année » une revue des risques de surcoûts engendrés par la crise du Covid-19, a indiqué mercredi une source à l’Elysée après une réunion sur le sujet.

Durant cette réunion à l’Elysée, où le président Emmanuel Macron avait invité le patron du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, et celui du Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris-2024 (Cojo), Tony Estanguet, le CIO s’est aussi dit prêt à discuter du nombre d’athlètes (10.500) et de disciplines lors de l’édition parisienne, dont le budget total s’élève pour l’instant à 6,8 milliards d’euros, dont 3,8 pour le Cojo.

« Il peut y avoir un débat que le CIO est prêt à entendre sur le nombre d’athlètes qu’il envoie aux Jeux et sur la manière selon laquelle un certain nombre de disciplines sont organisées », a rapporté la source élyséenne à plusieurs journalistes, en précisant que « le nombre de qualifiés dans une discipline » a des conséquences sur les coûts ou « la taille du village olympique ».

Emmanuel Macron, Thomas Bach et Tony Estanguet « ont ensemble considéré qu’il était pertinent dans les mois qui viennent, avant la fin de l’année en tout état de cause, que le Cojo, avec les collectivités territoriales » et l’Etat « puissent regarder comment collectivement on peut réduire à maxima tout risque de surcoût, en gardant toujours en tête cette préoccupation de l’héritage, environnemental et urbain », a précisé la même source.

Le chiffre de 10% du budget du Cojo, soit 300 à 400 millions d’euros, a été évoqué, a ajouté la source élyséenne, mais davantage comme « des options qu’on est susceptible d’activer si on voyait que la situation économique se détériorait ». « Ce n’est pas forcément ce type de somme qui sera à économiser », a insisté la source.

Par ailleurs, « il n’y a pas eu d’évocation d’un site en particulier » lors de la réunion, a aussi indiqué la source, alors que selon plusieurs acteurs olympiques, d’éventuelles économies pourraient provoquer des changements dans la cartographie de Paris-2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    le Soudan allège les restrictions après une baisse des cas

    à bientôt 39 ans, Fernando Alonso a encore l’âge des défis