Monde

Le Bélarus refuse d’enregistrer le rival de Loukachenko emprisonné comme candidat à la présidentielle

La commission électorale centrale bélarussienne a refusé mardi d’enregistrer le principal rival emprisonné du président Alexandre Loukachenko comme candidat à l’élection présidentielle du pays en août.

Une nouvelle vague de candidats de l’opposition cherche à renverser l’homme fort de 65 ans, chef de l’Etat autoritaire ex-soviétique qui borde l’Union européenne.

Loukachenko, un ancien chef de ferme collective, sollicite son sixième mandat à la présidence du Bélarus lors des élections prévues le 9 août.

Le sondage se poursuit malgré le pays de 9 millions d’habitants confirmant plus de 65 000 cas de coronavirus. Loukachenko a refusé d’imposer un verrouillage strict.

Son plus grand rival électoral, Viktor Babaryko, un ancien banquier de 56 ans, a été arrêté le mois dernier pour des délits financiers présumés et est incarcéré à la prison des services de sécurité du KGB.

Il a été reconnu par le groupe de défense des droits Amnesty International comme un prisonnier d’opinion.

La commission électorale a voté à l’unanimité contre la candidature de Babaryko à la recommandation de la présidente Lidiya Yermoshina, après qu’elle ait lu les allégations selon lesquelles il n’aurait pas déclaré tous ses revenus et sa campagne avait utilisé le financement d’une organisation étrangère.

Un haut responsable a affirmé que Babaryko, qui dirigeait auparavant la filiale biélorusse de Gazprombank en Russie, est de mèche avec des « marionnettistes » de Moscou.

Sa candidature a été rejetée malgré le fait que son équipe de campagne ait rassemblé les 100 000 signatures valides nécessaires de ses partisans.

Un représentant de Babaryko a déclaré que les accusations faisaient partie d’une affaire pénale qui n’a pas encore été entendue.

La commission a également rejeté la candidature de Valery Tsepkalo, 55 ans, autre figure populaire de l’opposition et ancien ambassadeur à Washington, faute de signatures valides.

La Biélorussie a connu un été mouvementé de protestations et d’arrestations de candidats potentiels à l’opposition.

Dans une tournure surprise, la commission a autorisé la candidature de Svetlana Tikhanovskaya, l’épouse d’un vlogger emprisonné qui s’est présentée comme candidate après l’interdiction de son mari.

Son mari Sergei Tikhanovsky, 41 ans, surnommait Loukachenko le « cafard », et son slogan de campagne était « Arrêtez le cafard ». Ses partisans ont agité des pantoufles – souvent utilisées pour tuer les insectes – lors des manifestations.

Tikhanovsky a été accusé d’avoir organisé une violation flagrante de l’ordre public et interdit de courir. Il est en prison et risque une peine de prison s’il est reconnu coupable.

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, observateur international des élections et de la guerre, n’a reconnu aucune élection au Bélarus comme libre et équitable depuis 1995.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.