Le haut diplomate américain Pompeo se rend au Danemark après une dispute diplomatique au Groenland

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un an après que les États-Unis et le Danemark se soient opposés à l’offre du président Donald Trump d’acheter le Groenland, son secrétaire d’État se rend dans le pays nordique mercredi, avec les questions de l’Arctique en tête de l’ordre du jour.

Arrivé du Royaume-Uni, Mike Pompeo a atterri à Copenhague peu après 10 heures (08h00 GMT) pour rencontrer le Premier ministre Mette Frederiksen.

Il devrait ensuite s’entretenir avec son homologue danois Jeppe Kofod à midi, date à laquelle ils seront rejoints par des représentants des affaires étrangères du Groenland et des îles Féroé, également territoire autonome danois.

Selon Kofod, le Danemark considère les États-Unis comme son « allié le plus proche » et a fourni des troupes aux missions de l’OTAN en Afghanistan, en Irak et en Libye.

Mais les relations ont connu des turbulences en août 2019 lorsque Trump a lancé l’idée que les États-Unis achètent le Groenland, un territoire arctique couvrant plus de 2 millions de kilomètres carrés.

Frederiksen a qualifié la proposition d ‘«absurde», conduisant Trump à annuler une visite prévue à Copenhague en raison du ton «méchant» de la réponse.

Bien que l’offre ait fait l’objet d’un certain ridicule, les analystes disent qu’elle est également révélatrice du regain d’intérêt stratégique des États-Unis pour la région arctique, qui s’était quelque peu atténuée après la fin de la guerre froide.

Quelques appels téléphoniques entre les pays ont depuis apaisé les tensions, et les responsables groenlandais disent vouloir mettre l’affaire derrière eux.

« Ce que nous avons dit dans le passé et ce que nous faisons aujourd’hui sont deux choses différentes. Et ce qui compte, c’est ce que nous faisons et ce que nous disons aujourd’hui », a déclaré mardi aux journalistes Steen Lynge, représentant des affaires étrangères du Groenland.

Les États-Unis ont rouvert un consulat à Nuuk, la capitale du Groenland, le mois dernier, avec l’approbation de Copenhague, et ont fourni une aide de 12,1 millions de dollars en avril.

Le Groenland abrite également un autre atout stratégique américain, la base aérienne de Thulé, qui est la base la plus au nord de l’US Air Force.

Avant la visite, une déclaration du Département d’État américain a souligné l’importance d’un partenariat dans l’Arctique « d’autant plus que nous constatons une activité accrue dans la région depuis la Russie et la République populaire de Chine ».

Mais il y a une autre pomme de discorde: le gazoduc Nord Stream 2 en construction entre la Russie et l’Allemagne.

Les États-Unis s’opposent fermement au gazoduc, qui traverse la Baltique, traversant les eaux danoises, affirmant qu’il risque d’accroître la dépendance des pays de l’OTAN vis-à-vis du gaz russe.

Il a imposé des sanctions aux entreprises travaillant sur le projet à la fin de l’année dernière, une décision fortement opposée par l’Union européenne, et a récemment menacé davantage.

Le Danemark a été le dernier pays à approuver le gazoduc, retardant le dévoilement de plusieurs mois, avant de finalement donner son feu vert en octobre 2019.

Copenhague a nié toute pression étrangère sur la question, mais une source diplomatique a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) que le petit pays nordique a rencontré de grandes difficultés pour équilibrer les intérêts de ses deux principaux alliés, les États-Unis et l’Allemagne.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus