Israël transforme les mosquées en synagogues juives, bars, restaurants et études

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une étude publiée par un haut comité de suivi pour les citoyens arabes d’Israël, Kamal Khatib, a révélé que les autorités israéliennes ont transformé 15 mosquées en synagogues juives.

L’étude a également montré que 40 mosquées ont été détruites, fermées ou abandonnées, tandis que 17 autres ont été transformées en granges, bars, restaurants ou musées.

Par exemple, la mosquée al-Ahmar dans la ville nord de Safed a été transformée en salle de concert, tandis que la mosquée al-Jadid dans la ville de Césarée a été transformée en bar, selon l’étude.

La mosquée Ayn Hawd à Haïfa et l’étage supérieur de la mosquée al-Siksik à Jaffa ont subi un sort similaire.

«Après la Nakba, environ 539 villages palestiniens ont été détruits», a déclaré Khatib. « Toutes les structures palestiniennes, y compris les mosquées, sont devenues une proie facile pour les autorités israéliennes. »

Khatib a rappelé que les mosquées de l’époque pré-Nakba regorgeaient de fidèles. « Après la Nakba, cependant, les mosquées ont été détruites, en particulier celles des villages. D’autres mosquées ont été transformées en synagogues, bars, musées, cafés ou restaurants. »

Khatib a déploré que la politique israélienne «ne tienne pas compte des sentiments des musulmans», citant le cimetière al-Isaaf de Jaffa, où les tombes ont été rasées malgré les protestations des résidents locaux.

Khatib a déclaré que les autorités israéliennes avaient promulgué une loi pour confisquer les biens des Palestiniens, qui ont fui leurs maisons.

« La Knesset (le parlement israélien) a adopté la loi sur les absents, en vertu de laquelle Israël a confisqué les bâtiments et les biens des citoyens arabes (qui ont quitté leurs maisons pour s’installer dans d’autres régions) », a-t-il déclaré.

« La même politique a été appliquée par Israël à de nombreuses mosquées et lieux de prière. »

Khatib a déclaré que les Palestiniens avaient fait des tentatives répétées pour « regagner, rénover et arrêter les attaques contre les mosquées ».

« Cependant, toutes ces tentatives ont été rejetées par Israël », a-t-il dit.

Israël nie les accusations d’utiliser les mosquées à d’autres fins que le culte.

En octobre 2015, le ministère israélien des Affaires étrangères a déclaré qu’il y avait environ 400 mosquées en Israël et que le nombre de fidèles avait doublé cinq fois au cours des 25 dernières années.

Le ministère a déclaré que les autorités israéliennes allouaient des millions de shekels à la construction de lieux de culte pour les musulmans vivant en Israël. Il a indiqué que le gouvernement finance plus de 100 mosquées et paie les salaires de leurs imams.

Khatib, cependant, rejette l’affirmation israélienne, affirmant que « le gouvernement israélien n’a jamais construit de mosquée dans l’histoire du pays ».

«Toutes les mosquées ont été construites par notre peuple, qui collecte des dons pour construire ses lieux de culte», a-t-il dit.

Khatib a ajouté que toutes les mosquées n’étaient pas enregistrées auprès des autorités religieuses israéliennes. « Les imams de ces mosquées sont payés par les comités des mosquées, qui collectent des dons pour payer les besoins des mosquées. »

En 1743, le dirigeant palestinien de l’époque ottomane, Zahir al-Umar al-Zaydani, a construit une mosquée à son nom dans la ville septentrionale de Tibériade.

La mosquée Umari est restée un point d’attraction pour les fidèles jusqu’en 1948 lorsqu’elle a été abandonnée à la suite de la Nakba, un terme utilisé par les Palestiniens pour décrire la création de l’État d’Israël sur les décombres de la Palestine.

L’un des monuments de Tibériade, la mosquée, également connue sous le nom de mosquée Zaydani, a été construite sur l’architecture mamelouke, avec un grand dôme et un minaret.

« Comme la plupart des Palestiniens, les habitants de Tibériade ont fui vers la Syrie et le Liban à la suite de la Nakba », a déclaré Khatib à l’agence Anadolu.

« La famille Zaydani, cependant, a déménagé dans la ville voisine de Nazareth », a-t-il dit.

Khatib a déclaré que la famille Zaydani avait demandé aux autorités israéliennes de leur permettre de rénover la mosquée Umari.

« La municipalité de Tibériade, cependant, a refusé, arguant qu’elle allait la rénover, mais rien ne s’est passé », a-t-il déclaré.

«Même depuis que la mosquée a été fermée, les autorités israéliennes interdisant aux fidèles et aux visiteurs d’y entrer», a-t-il dit.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus