ambiance feutrée à Lisbonne pour suivre le « thriller » du PSG

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un « thriller » de 93 minutes… dans une ambiance feutrée: avec le huis clos sanitaire décrété pour le « Final 8 » de Ligue des champions à Lisbonne, c’est devant un écran que les quelques centaines de supporters du Paris SG présents au Portugal ont vécu l’incroyable victoire contre l’Atalanta Bergame (2-1).

Assis à une terrasse d’une place du centre ville où trônait une réplique géante gonflable de la coupe aux grandes oreilles, ces passionnés du PSG ont longtemps souffert, voyant avec inquiétude leur équipe être menée au score jusqu’à la 90e minute, avant de bondir de joie sur les deux buts qui ont donné la victoire in extremis aux Parisiens.

« Après un scénario comme celui-ci, il faut aller jusqu’au bout. Il y a du cœur et de l’envie, ce n’est pas comme les autres années », a réagi Philippe Mahé, un cadre de 55 ans qui a décidé de concilier sa destination de vacances et sa passion pour le Paris SG.

Lui et les autres n’ont pas pu encourager leur équipe au stade, puisque l’Estadio da Luz était à huis clos.

Mais en fin d’après-midi, environ 200 personnes, en majorité des jeunes, se sont massés derrière un cordon policier pour accompagner une dernière fois les Parisiens à la sortie de leur hôtel, situé sur les bords de l’estuaire du Tage.

Une clameur s’est élevée quand les joueurs ont parcouru la dizaine de mètres, façon tapis rouge, qui séparait la sortie de l’hôtel de leur bus.

– « Apporter notre soutien » –

Évidemment le plus acclamé, Neymar a profité de l’occasion pour dévoiler sa nouvelle coupe mohican qui faisait déjà le buzz sur les réseaux sociaux.

La foule s’est dispersée dès le départ du bus en direction du stade, où l’attendait un autre groupe de plusieurs dizaines de supporters des deux clubs tenus à l’écart de l’enceinte par la police portugaise.

Parmi eux, Steven Barreiros, un supporter d’origine portugaise, venu de région parisienne pour passer des vacances en famille. Vêtu d’un maillot du PSG floqué de son prénom, ce gendarme de 25 ans avait tenu à se déplacer au stade avant de retourner en centre ville pour assister à la rencontre.

« Nous sommes là pour apporter notre soutien à nos superstars, et si possible les apercevoir », a-t-il témoigné auprès de l’AFP, en avouant sa déception qu’un stade pouvant accueillir près de 60.000 personnes n’ait pas pu recevoir « au moins 5.000 ou 10.000 » spectateurs.

Mais, bien vite, la passion a repris le dessus: « Nous espérons tous que ce soit l’année du PSG », a souligné cet abonné au virage Auteuil du Parc des Princes, le jour où le club fête son 50e anniversaire.

« Être ici, pour nous c’est déjà une victoire », a assuré côté italien Giulano Cucchi, un des supporters de l’Atalanta venu exprès de Bergame pour « suivre l’équipe au plus près ».

Eliminée après être passée tout près de l’exploit, l’équipe italienne aura sans doute rendu très fiers tous ses fans dans une région, la Lombardie, très éprouvée par la pandémie de coronavirus.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus