Les écoles palestiniennes de Gaza sous blocus sont fréquemment la cible des forces israéliennes

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Jeudi, un avion de combat israélien a tiré un missile qui a atterri dans une école gérée par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) dans le camp de réfugiés d’Al-Shati, dans l’ouest de la ville de Gaza.

Une source de sécurité palestinienne, qui a parlé sous couvert d’anonymat, a déclaré que le missile n’avait pas explosé mais avait endommagé le bâtiment de l’école. La source a ajouté que bien que la direction de l’UNRWA ait suspendu les cours à l’école, elle n’a pas encore commenté l’incident.

Des écoles gérées à la fois par le gouvernement palestinien et l’UNRWA ont ouvert presque normalement dans la bande de Gaza au début du mois après cinq mois au cours desquels aucun cas de transmission communautaire du coronavirus n’avait été enregistré. L’UNRWA, qui fournit une éducation à des centaines de milliers d’enfants à Gaza, a déclaré que plus de 285 000 élèves étaient retournés dans ses 277 écoles.

Environ 1 million de personnes vivent à Gaza, dont beaucoup sont dans la pauvreté et un tiers sont des réfugiés. Le territoire est sous blocus israélien depuis 2007. Le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza a signalé 78 cas de maladie COVID-19, dont un mort.

Le groupe Hamas a tenu Israël pour responsable de l’escalade militaire et du blocus étouffant à Gaza. « Ces politiques agressives visent à exacerber les crises que subit notre peuple à Gaza, à paralyser sa vie quotidienne et à perturber les efforts de lutte contre le coronavirus dans un silence international et régional », a déclaré Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, dans un communiqué. déclaration.

Jeudi à l’aube, des avions de combat israéliens ont attaqué plusieurs endroits de la branche militaire du Hamas à travers Gaza, mais aucun blessé n’a été signalé.

Le gouvernement israélien a intensifié le blocus, coupant l’approvisionnement en carburant de Gaza et limité l’espace de pêche pour les pêcheurs de Gaza. Israël affirme que ces actions, y compris les frappes aériennes, étaient en réponse aux ballons incendiaires lancés depuis Gaza au cours de la semaine dernière, provoquant des incendies dans les zones autour de l’enclave bloquée.

Les écoles palestiniennes sont depuis longtemps soumises à la violence israélienne. Une école palestinienne du village palestinien de Khan al-Ahmar a été démolie, de même que le village bédouin adjacent en Cisjordanie occupée. En février 2018, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a déclaré qu’au moins 45 écoles en Palestine étaient menacées de destruction par les autorités israéliennes. Dans un communiqué, le coordinateur par intérim d’OCHA pour les territoires palestiniens occupés, Roberto Valent, a déclaré qu’une école palestinienne à Jérusalem-Est avait été détruite par des soldats israéliens. « La démolition a été effectuée en raison du manque de permis délivrés par Israël, qui sont presque impossibles à obtenir », a-t-il ajouté.

Pendant la guerre de Gaza en 2014, l’armée israélienne a lancé une opération militaire sur Gaza, détruisant 24 écoles. Les bombardements israéliens ont tué au moins 15 Palestiniens qui s’abritaient dans une école dirigée par l’ONU et 17 autres près d’un marché libre.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus