une centaine de soldats éthiopiens blessés par balles (médecin)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une centaine de soldats éthiopiens ont été admis pour des blessures par balles dans un hôpital du nord de l’Ethiopie, à proximité de la région du Tigré où le gouvernement éthiopien a lancé cette semaine une opération militaire, a appris l’AFP dimanche auprès d’un médecin local.

A l’hôpital de Sanja, au nord de Gondar, en région Amhara, 98 soldats de l’armée éthiopienne ont été soignés pour des blessures « par balles », a assuré à l’AFP sous couvert d’anonymat un médecin de cet hôpital.

« Nous avons eu 98 cas, tous de l’armée nationale », a assuré ce médecin à Sanja, à une quarantaine de km au sud de la région du Tigré, et à autant au nord de la ville de Gondar, sans préciser les dates des admissions des soldats blessés.

Le docteur a souligné qu’il n’avait enregistré aucun décès mais que des blessés plus graves avaient été dirigés vers des hôpitaux plus importants, à Gondar et ailleurs.

Les autorités éthiopiennes maintiennent un black-out total sur les opérations militaires lancées mercredi par le gouvernement éthiopien au Tigré.

Sur la route menant de Gondar au Tigré, les correspondants de l’AFP ont pu toutefois noter une circulation fréquente d’ambulances transportant des blessés.

Selon un avis d’information des Nations unies diffusé dimanche, « une frappe aérienne a visé Mekele », la capitale du Tigré, à proximité de l’aéroport. « Une seule explosion a été notée, ainsi qu’une riposte venue du sol », ajoute le rapport des Nations unies.

Un responsable des Nations unies a indiqué samedi à l’AFP sous couvert d’anonymat que, selon un rapport interne, les forces armées tigréennes tenaient le contrôle du quartier général de l’armée éthiopienne à Makele.

La base militaire de Makele est une des plus importantes d’Ethiopie, héritage des années de guerre avec l’Erythrée, qui borde le Tigré.

Un média public éthiopien a cité dimanche le chef adjoint de l’armée éthiopienne Berhanu Jula affirmant que les forces fédérales avaient « totalement détruit les armes lourdes de la clique de traîtres », en référence au Front de libération des Peuples du Tigré (TPLF), qui a, durant près de 30 ans et jusqu’à l’avènement de M. Abiy en 2018, dominé les structures de pouvoir en Ethiopie.

L’officier supérieur a ajouté que l’armée avait « complètement capturé » quatre villages de l’ouest du Tigré où se sont concentrés les combats.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus