L’opposition syrienne salue les nouvelles sanctions américaines contre le régime d’Assad

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’opposition syrienne a déclaré mardi qu’elle se félicitait des nouvelles sanctions américaines imposées aux responsables, entités et individus qu’elle accusait de fournir un soutien à Bashar Assad.

« Le peuple syrien considère que les sanctions contre les copains et les soutiens du régime d’Assad soutiennent la lutte du peuple syrien et affaiblissent l’alliance de la tyrannie et de l’oppression », a déclaré l’opposition dans un communiqué écrit.

Il a souligné que les nouvelles sanctions «constituent une étape importante vers le renforcement des chances de parvenir à une solution politique».

Cependant, il a déclaré que ces mesures doivent être renforcées par des mesures pratiques «d’autant plus que le régime d’Assad n’a fait aucune concession et ne s’est conformé à aucune résolution internationale depuis un demi-siècle, sauf sous une forte pression internationale».

Le département du Trésor américain a déclaré lundi dans un communiqué qu’il avait imposé des sanctions aux responsables militaires syriens, aux membres du parlement et aux entités du régime, ainsi qu’aux personnes syriennes et libanaises qu’il accusait de tenter de relancer l’industrie pétrolière syrienne.

L’action vise à repousser le régime d’Assad vers des négociations conduites par les Nations Unies et à mettre fin à la guerre presque décadelongée dans le pays.

Des millions de personnes ont fui la Syrie et des millions d’autres ont été déplacées à l’intérieur du pays après que la répression d’Assad contre les manifestants en 2011 ait conduit à la guerre civile, avec l’Iran et la Russie soutenant le régime.

Parmi les 19 personnes et entités inscrites sur la liste noire lors de l’action de lundi, on trouve le chef de l’unité de renseignement de l’armée de l’air syrienne, Ghassan Ismail, et le chef de la direction de la sécurité politique syrienne, Nasr al-Ali, ainsi que des entreprises du secteur pétrolier.

La Syrie a fait l’objet de sanctions américaines et européennes qui ont gelé les avoirs de l’État et de centaines d’entreprises et de particuliers. Washington interdit déjà les exportations vers la Syrie et les investissements américains là-bas, ainsi que les transactions impliquant des produits pétroliers et hydrocarbonés.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus