à Goma, un palace et de l’énergie à revendre pour tourner la page des groupes armés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
fc18f4554abbd32be58181402e1ab6eaf10b47f2.jpg

Une chambre simple à 250 dollars: c’est le ticket d’entrée pour une nuit au Serena, premier palace cinq étoiles qui vient d’ouvrir à Goma, la capitale du Nord-Kivu dans l’Est de la République démocratique du Congo, qui veut tourner la page de la violence des groupes armés.

Plus de 100 chambres de luxe, avec vue idyllique sur la piscine et le lac Kivu, centre de conférence, restaurants, salle de sport, spas: ouvert mi-septembre, le palace est le premier hôtel géré en RDC par la chaîne panafricaine haut de gamme Serena, dont le Fonds Aga Khan pour le développement économique est actionnaire majoritaire.

« Généralement, les gens perçoivent cette région comme une zone de guerre », regrette le manageur kényan, James Nzavwala, qui mise au contraire sur une clientèle d’affaires et le « potentiel touristique » du parc des Virunga voisins (volcans, gorilles).

A la frontière du Rwanda, proche de l’Ouganda et de la Tanzanie, Goma se trouve au coeur des deux provinces du Nord et du Sud-Kivu où des dizaines de groupes armés entretiennent l’insécurité pour le contrôle des ressources (terres, minerais, bois) depuis les deux guerres du Congo (1996-2003).

Epargnée par les milices depuis 2012-2013, Goma connaît des problèmes d’insécurité urbaine dans ses quartiers périphériques, loin des zones résidentielles sur les bords du lac, fief des Nations unies et des ONG.

– Politique et business –

La construction de l’hôtel Serena a pris dix ans, grâce à l’investissement de l’homme d’affaires le plus influent de Goma: Vanny Bishweka.

Taille moyenne, élégance discrète, cet homme de 55 ans possède déjà un hôtel sur les bords du lac, l’Ilhusi, ouvert en 2002, année d’une éruption du volcan Nyiaragongo qui a fait une centaine de morts.

Ihusi est aussi le nom de sa société de canaux rapides qui traversent en trois heures le lac Kivu jusqu’à Bukavu, via la magnifique île d’Idjwi.

Patron de deux stations-service, M. Bishweka est le partenaire d’une firme tunisienne, EPPM, pour exploiter le gaz méthane du lac.

Ancien quincailler, l’homme d’affaires est réputé proche de l’ancien président Kabila, ce qu’il dément: « Il y a la politique, et il y a le business ». Une frontière pas toujours si étanche en RDC.

Il y a quelques mois, le magnat de Goma a senti souffler le vent de la lutte anti-corruption revendiquée par le nouveau président Félix Tshisekedi.

– Développer les PME –

Un de ses associés, le directeur général de la Société congolaise de construction (Sococ, travaux publics), Modeste Makabuza, a été condamné en juin à un an de prison pour détournement de fonds.

« Je ne sais pas si ce sont des détournements », avance M. Bishweka, qui affirme ne pas avoir été inquiété. « Je suis actionnaire à 35%. C’est lui le directeur général ».

Plaque tournante de la vie des affaires à Goma, « Vanny » est également actionnaire à 20% d’un nouveau « business » qui change la vie des jeunes entrepreneurs depuis deux ou trois ans: les réseaux locaux de distribution d’électricité.

Sa Société congolaise d’eau et d’électricité (Socodée) achète et distribue une partie de l’électricité produite par Virunga Energie, une filiale du parc des Virunga.

Virunga Energie a construit ces dernières années quatre centrales hydro-électriques dans l’arrière-pays de Goma, avec le soutien de l’Union européenne.

Virunga Energie veut soutenir le développement d' »un réseau de PME », pour « créer des emplois », résume une récente note de l’ambassade de France.

Grâce à l’énergie, une vingtaine de petites entreprises (boulangerie, couveuses d’oeufs de poussins, fabrication de charbon de bois…) se sont installées depuis un an dans la zone d’activité de Shaero, à la sortie de Goma.

– « Coquille vide » –

Débordante d’énergie, la ville compte aussi plusieurs incubateurs de starts-up comme Kivu entrepreneurs, qui s’enorgueillit de la réussite de Kivu Green (application de mise en relation d’agriculteurs de la région avec des consommateurs de Goma).

« On a besoin de 75.000 dollars d’investissements », a lancé le fondateur, Chris Ayale, mi-octobre lors d’un forum des jeunes entrepreneurs.

Ils ont exposé leurs « business plans » et surtout leurs rêves devant le patron de l’Agence national pour la promotion des investissements (Aanpi), un organisme d’Etat qui promet d’ouvrir très vite une antenne à Goma.

Ouverte il y a trois ans, l’antenne locale de la Chambre franco-congolaise du commerce et de l’Industrie est elle une « coquille vide », soupire un expert.

La région fait encore peur aux investisseurs. Aux portes de l’Afrique de l’Est anglophone, Goma dispose pourtant d’un aéroport international et d’une liaison régulière avec Addis Abeba. « Nous avons besoin de tout le monde pour notre ville », affirme son magnat, Vanny Bishweka.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus