Les Palestiniens critiquent une réunion trilatérale entre Israël, Bahreïn et les États-Unis

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
73041.jpg

Des groupes palestiniens ont condamné une réunion trilatérale entre les États-Unis, Bahreïn et Israël prévue mercredi à Jérusalem alors que le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif bin Rashid Alyazani s’est rendu à Tel Aviv dans le dernier signe de réchauffement des relations à la suite d’une série d’accords de normalisation négociés par les États-Unis entre Israël et les pays arabes .

Dans un communiqué publié par le Comité des forces nationales et islamiques palestiniennes, les factions palestiniennes ont déclaré que la rencontre entre FM Alzayani de Bahreïn, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, est une « attaque claire » contre les droits du peuple palestinien. , a rapporté l’Agence Anadolu (AA). Le comité conjoint comprend des représentants des groupes de résistance palestiniens, le Hamas, le Jihad islamique et l’OLP, ainsi qu’une poignée de factions plus petites. La déclaration a réitéré que les Palestiniens rejettent le processus de normalisation entre certains États arabes et Israël.

Alzayani a atterri mercredi matin à l’aéroport israélien Ben Gourion pour la première visite de haut niveau depuis que son pays a établi des relations diplomatiques avec Tel Aviv en septembre. Il a été accueilli sur le tarmac par son homologue israélien, Gabi Ashkenazi, et d’autres responsables américains et israéliens.

Alzayani a déclaré que cette visite était «un début stratégique pour renforcer la coopération conjointe» entre les pays, a rapporté l’agence de presse publique de Bahreïn, citée par Associated Press (AP). «Le Moyen-Orient a été témoin de conflits et d’instabilité au cours des dernières décennies», a-t-il déclaré. «Le moment est venu pour nous de poursuivre d’autres politiques pour parvenir à une solution globale.»

Bahreïn a suivi les Émirats arabes unis (EAU) en acceptant d’établir des relations diplomatiques complètes avec Israël plus tôt cette année. Cette percée reflète un Moyen-Orient en mutation dans lequel Israël et les pays du Golfe considèrent l’Iran comme une menace commune qui éclipse le conflit vieux de plusieurs décennies avec les Palestiniens.

Le Soudan a également accepté d’établir des relations avec Israël dans le cadre d’un accord plus large avec les États-Unis qui ouvrira la voie à une aide étrangère indispensable à la suite du renversement de l’année dernière du président de longue date Omar el-Béchir.

L’administration Trump a salué les trois accords comme des avancées historiques dans la période qui a précédé les élections. Le président élu Joe Biden a également salué les accords et devrait s’appuyer sur eux alors qu’il presse Israël et les Palestiniens de reprendre les négociations de paix.

Avant les accords de cette année, seules l’Égypte et la Jordanie avaient reconnu Israël, dans le cadre des traités de paix négociés il y a plus de 25 ans. Israël espère entretenir des liens beaucoup plus chaleureux avec les pays du Golfe, visant une coopération dans divers domaines, notamment le tourisme et la santé publique.

En normalisant leurs relations avec Israël, les trois nations ont rompu avec un consensus arabe de longue date selon lequel la reconnaissance ne devrait être accordée qu’en échange de concessions dans le processus de paix. Les Palestiniens ont condamné les accords de normalisation comme une trahison de leur cause.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus