Le Premier ministre indien Modi refuse d’abroger les lois agricoles malgré les protestations

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Premier ministre indien Narendra Modi a tenté d’apaiser des milliers d’agriculteurs qui protestaient lundi contre les nouvelles lois agricoles. Il a dit qu’ils étaient induits en erreur par les partis d’opposition et que son gouvernement résoudrait toutes leurs préoccupations.

« Les nouvelles lois agricoles ont été introduites dans l’intérêt des agriculteurs. Des réformes sont en cours dans l’intérêt des agriculteurs, ce qui leur donnera plus d’options », a déclaré Modi lors d’un rassemblement dans sa circonscription politique de Varanasi dans l’État d’Uttar Pradesh.

Les remarques de Modi sont intervenues au milieu des plus grandes manifestations d’agriculteurs depuis des années. Les milliers d’agriculteurs qui protestent contre les lois agricoles récemment adoptées ont bloqué les autoroutes et se sont accroupis à la périphérie de la capitale indienne.

Les agriculteurs disent que les nouvelles lois pourraient amener le gouvernement à cesser d’acheter des céréales à des prix garantis et entraîner leur exploitation par des sociétés qui achèteraient leurs récoltes à bas prix. Le gouvernement affirme que la législation apporte une réforme indispensable qui donnera aux agriculteurs la liberté de commercialiser leurs produits et de stimuler la production grâce à l’investissement privé. Au cours du rassemblement, Modi a rejeté les craintes des agriculteurs comme déplacées et a accusé les partis d’opposition de répandre des rumeurs.

«Les agriculteurs sont induits en erreur sur ces lois historiques de réforme de l’agriculture par les mêmes personnes qui les ont induits en erreur pendant des décennies», a déclaré Modi, faisant référence aux partis d’opposition qui ont qualifié les lois d’anti-agriculteur et de pro-entreprise.

«Nos intentions sont aussi saintes que l’eau du fleuve Gange», a-t-il déclaré.

Rahul Gandhi, le chef du principal parti d’opposition du Congrès, a accusé Modi de capitalisme de copinage et a déclaré que les lois profiteraient aux entreprises. « Nos agriculteurs se dressent contre les lois noires et sont arrivés à Delhi en laissant derrière eux leurs fermes et leurs familles. Voulez-vous vous tenir avec eux ou avec les amis capitalistes de Modi? » Gandhi a déclaré dans un tweet.

Les manifestations ont duré au moins deux mois dans les États du Pendjab et de l’Haryana, mais ont été mises en vedette dans tout le pays jeudi lorsque des milliers d’agriculteurs se sont affrontés avec la police, qui a utilisé des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des matraques pour les repousser alors qu’ils tentaient d’entrer dans New Dehli. .

Le ministre de l’Intérieur, Amit Shah, a fait pression pour des pourparlers samedi, mais a déclaré que les agriculteurs devraient déplacer leurs manifestations vers un lieu désigné par le gouvernement à New Delhi et cesser de bloquer les autoroutes. Les agriculteurs ont rejeté l’offre et ont déclaré qu’ils continueraient à camper sur les autoroutes jusqu’à ce que les lois soient retirées.

Les ministres de Modi s’efforcent de trouver des moyens d’apaiser la colère des agriculteurs, qui constituent un bloc électoral influent à travers l’Inde et en particulier dans des États tels que le Pendjab et l’Haryana.

Lundi, Shah a rencontré le ministre de l’Agriculture Narendra Singh Tomar pour la deuxième fois en moins de 24 heures après que les organisations paysannes ont rejeté l’invitation conditionnelle du gouvernement à des pourparlers. Les agriculteurs, qui sont préparés pour un long trajet et ont apporté de la nourriture et de la litière dans leurs tracteurs et camions, ont déclaré qu’ils continueraient leurs manifestations.

«Le gouvernement est devenu l’esclave des entreprises. Ils veulent aussi faire de nous leurs esclaves», a déclaré l’agriculteur Sukhwinder Singh Sabhra.

Les agriculteurs ont longtemps été considérés comme le cœur et l’âme de l’Inde, où l’agriculture soutient plus de la moitié des 1,3 milliard d’habitants du pays. Mais les agriculteurs ont également vu leur poids économique diminuer au cours des trois dernières décennies. Autrefois représentant un tiers du produit intérieur brut (PIB) de l’Inde, elles ne produisent plus que 15% du PIB, évalué à 2,9 billions de dollars par an. Les agriculteurs se plaignent souvent d’être ignorés et organisent fréquemment des manifestations pour exiger de meilleurs prix des récoltes, plus d’exonérations de prêts et des systèmes d’irrigation pour garantir l’eau pendant les périodes de sécheresse.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus