Exécution d’un prisonnier politique à Zahedan en Iran

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le 26 décembre 2020, la theocratie iranienne a exécuté le prisonnier politique Abdolhamid Mirbaloutch-Zehi à la prison de Zahedan. Il était incarcéré depuis cinq ans et avait été condamné à 15 ans de prison. Cependant il a été exécuté sur l’intervention des gardiens de la révolution.

Trois autres compatriotes baloutches emprisonnés risquent également d’être pendus, accusés par le régime clérical de « guerre contre Dieu ». Le cas de l’un d’entre eux est lié à celui d’Abdolhamid Mirbaloutch-Zehi.

Les militants des droits humains considèrent cette exécution comme un double crime commis contre une personne ayant reçu une peine de prison et la condamne fermement. Ces militants exigent la nécessité d’envoyer une mission internationale inspecter les prisons en Iran et rencontrer les prisonniers, en particulier dans la province du Sistan-Baloutchistan.

12 exécutions dans les prisons d’Iran en une semaine

 Et un grand nombre d’autres en attente

L théocratie iranienne a également procédé dans la 3e semaine de décembre 2020 à au moins 12 exécutions dans les prisons de Zahedan, Qom, Boroujerd, Saqez, Gohardacht à Karadj, Sepidar à Ahwaz et Esfarayen. L’une des victimes était une femme, pendue à la prison Sepidar d’Ahwaz.

Le 17 décembre Shahab Javid à la prison centrale de Qom, Rassoul Ferdows à la prison de Borourjerd et Mohammad Moradi à la prison centrale de Saqez, le 16 décembre trois prisonniers à la prison de Gohardacht (Radjaïchahr) de Karadj, et le 12 décembre deux prisonniers à Esfarayen.

Ce ne sont là que quelques-unes des condamnations à mort, de nombreux prisonniers étant exécutés en secret et les informations n’étant pas publiées. De plus, un grand nombre de prisonniers attendent d’être exécutés.

 

Le 16 décembre, la théocratie iranienne a été condamnée pour la 67e fois pour ses graves violations systématiques des droits humains en Iran, notamment les exécutions extrajudiciaires et les disparitions forcées, à l’Assemblée générale de l’ONU.

 

 

On December 19, 2020, Behnam Rigi and Shoaib Rigi were also executed in the Central Prison of Zahedan. They had clashed with agents of the anti-narcotics force where several of the forces were killed.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus