Le pape François visite le nord de l’Irak ravagé par la guerre lors du dernier jour de sa tournée

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le pape François a lancé un appel catégorique à la coexistence pacifique en Irak dimanche alors qu’il priait pour les morts de la guerre du pays au milieu des ruines de quatre églises démolies à Mossoul, qui ont subi des destructions généralisées lors de la guerre contre le groupe terroriste de Daech.

François s’est rendu dans le nord de l’Irak le dernier jour de sa visite historique pour s’occuper de la diminution du nombre de chrétiens du pays, qui ont été forcés de quitter leurs maisons en masse lorsque les militants de Daech ont dépassé de vastes étendues du nord de l’Irak à l’été 2014.

Peu de gens sont revenus depuis que Daech a été mis en déroute en 2017, et François est venu en Irak pour les encourager à rester et aider à reconstruire le pays et à restaurer ce qu’il a appelé son «tapis complexe» de croyances et de groupes ethniques.

Pour le Vatican, la présence continue des chrétiens en Irak est vitale pour maintenir vivantes les communautés de foi qui existent ici depuis l’époque du Christ. Dans une scène inimaginable il y a à peine quatre ans, le pontife a monté une scène sur une place de la ville entourée des restes de quatre églises gravement endommagées appartenant à certaines des myriades de rites et de dénominations chrétiennes en Irak. Une foule en liesse l’a accueilli.

« Comme il est cruel que ce pays, berceau de la civilisation, ait été frappé par un coup si barbare, avec d’anciens lieux de culte détruits et des milliers de personnes – musulmans, chrétiens, yézidis – qui ont été cruellement anéantis par le terrorisme – et d’autres ont été déplacés de force ou tués », a déclaré Francis.

Il s’est écarté de son discours préparé pour aborder le sort de la minorité yézidie irakienne, qui a été victime de massacres, d’enlèvements et d’esclavage sexuel aux mains de Daech. « Aujourd’hui, cependant, nous réaffirmons notre conviction que la fraternité est plus durable que le fratricide, que l’espoir est plus puissant que la haine, que la paix est plus puissante que la guerre. »

La place où il a parlé abrite quatre églises différentes – syro-catholique, arméno-orthodoxe, syro-orthodoxe et chaldéenne – chacune d’entre elles laissée en ruine.

Daech a envahi Mossoul en juin 2014 et a déclaré un califat s’étendant du territoire du nord de la Syrie jusqu’au nord et à l’ouest de l’Irak. C’est depuis la mosquée al-Nuri de Mossoul que le chef du groupe, Abu Bakr al-Baghdadi, a fait sa seule apparition publique.

Mossoul avait une importance symbolique profonde pour Daech et est devenue l’épine dorsale bureaucratique et financière du groupe. Il a finalement été libéré en juillet 2017 après une bataille féroce de neuf mois. Entre 9 000 et 11 000 civils ont été tués, selon l’enquête de l’Associated Press (AP) à l’époque. Al-Baghdadi a été tué lors d’un raid américain en Syrie en 2019.

Le Vatican espère que cette visite historique rassemblera les communautés chrétiennes du pays et les encouragera à rester malgré des décennies de guerre et d’instabilité. Tout au long de la visite, François a livré un message de tolérance interreligieuse et de fraternité aux dirigeants musulmans, notamment lors d’une réunion historique samedi avec le plus haut religieux chiite d’Irak, le grand ayatollah Ali al-Sistani.

Le révérend Raed Kallo était parmi les rares qui sont retournés à Mossoul après la défaite de Daech.

« Je suis rentré il y a trois ans et mes frères musulmans m’ont reçu après la libération de la ville avec beaucoup d’hospitalité et d’amour », a-t-il déclaré sur scène devant le pontife. Kallo a déclaré qu’il avait quitté la ville le 10 juin 2014, lorsque Daech a envahi la ville. Il avait une paroisse de 500 familles chrétiennes, dont la plupart ont émigré à l’étranger, il ne reste plus aujourd’hui que 70 familles.

«Mais aujourd’hui, je vis parmi 2 millions de musulmans qui m’appellent leur père Raed», a-t-il déclaré.

Gutayba Aagha, le chef musulman du Conseil social et culturel indépendant pour les familles de Mossoul, a encouragé d’autres chrétiens à revenir.

«Au nom du conseil, j’invite tous nos frères chrétiens à revenir dans cette ville, leur ville, leurs propriétés et leurs entreprises.»

François voyagera plus tard en hélicoptère à travers les plaines de Ninive jusqu’à la petite communauté chrétienne de Qaraqosh, où seule une fraction des familles est revenue après avoir fui l’assaut de Daech en 2014. Il entendra les témoignages d’habitants et priera dans l’église de l’Immaculée Conception, qui aurait été incendiée par Daech et a été restaurée ces dernières années.

Il conclut la journée par une messe dans le stade d’Irbil, dans la région semi-autonome du nord kurde, qui devrait attirer jusqu’à 10 000 personnes. Il est arrivé à Irbil tôt dimanche, où il a été accueilli par des enfants en costume traditionnel et l’un d’eux habillé en pape.

Des experts en santé publique avaient exprimé leurs inquiétudes avant le voyage selon lesquelles de grands rassemblements pourraient servir d’événements générateurs pour le coronavirus dans un pays souffrant d’une aggravation de l’épidémie où peu d’entre eux ont été vaccinés.

Le Vatican a déclaré qu’il prenait des précautions, notamment en organisant la messe à l’extérieur dans un stade qui ne sera que partiellement rempli. Mais tout au long de la visite, des foules se sont rassemblées à proximité, de nombreuses personnes ne portant pas de masques.

Le pape et les membres de sa délégation ont été vaccinés, mais la plupart des Irakiens ne l’ont pas fait. L’Irak a déclaré la victoire sur Daech en 2017 et, bien que le groupe extrémiste ne contrôle plus aucun territoire, il continue de mener des attaques sporadiques, en particulier dans le nord.

Le pays a également connu une série d’attaques à la roquette récentes par des milices soutenues par l’Iran contre des cibles américaines, violences liées aux tensions entre Washington et Téhéran. Le règne brutal de trois ans du groupe de Daech sur une grande partie du nord et de l’ouest de l’Irak, et la campagne exténuante contre lui, ont laissé une vaste zone de destruction.

Les efforts de reconstruction sont au point mort au milieu d’une crise financière qui dure depuis des années, et des quartiers entiers restent en ruines. De nombreux Irakiens ont dû reconstruire leurs maisons à leurs propres frais. La minorité chrétienne irakienne a été particulièrement touchée.

Les militants les ont obligés à choisir entre la conversion, la mort ou le paiement d’une taxe spéciale pour les non-musulmans. Des milliers de personnes ont fui, laissant derrière elles des maisons et des églises qui ont été détruites ou réquisitionnées par les extrémistes. La population chrétienne irakienne, dont l’histoire remonte aux premiers jours de la foi, avait déjà rapidement diminué, passant d’environ 1,5 million avant l’invasion américaine de 2003 qui plongeait le pays dans le chaos à quelques centaines de milliers aujourd’hui.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus