l’avancée jihadiste inquiète l’Afrique australe sur la stabilité sécuritaire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’attaque contre Palma dans le nord-est du Mozambique, tournant dans les violences infligées par les groupes armés jihadistes depuis 2017, inquiète l’Afrique australe sur les risques d’instabilité sécuritaire pour la région.

Le 24 mars, un raid sanglant et minutieusement préparé a endeuillé cette ville portuaire de 75.000 habitants, à seulement quelques kilomètres du méga projet gazier du groupe français Total sur la péninsule d’Afungi.

Officiellement, des dizaines de civils, policiers et militaires ont été tués, le bilan réel n’est pas encore connu.

Six présidents de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) se sont réunis en urgence jeudi à Maputo. Ils ont appelé à une « réponse régionale proportionnée », sans annoncer de décision concrète.

Cette semaine, les seize membres de la SADC ont condamné l’attaque de Palma, la qualifiant d' »affront » à la paix et à la sécurité du Mozambique, de la région et au-delà.

Selon plusieurs analystes, la sécurité régionale est désormais en jeu. Tout comme l’avenir du projet gazier de plusieurs milliards d’euros opéré par Total, le plus gros investissement sur le continent africain.

Convaincre le président mozambicain, Filipe Nyusi, d’arrêter sa « politique de souveraineté » et de coopérer avec le bloc régional serait la clé pour contrecarrer la rébellion islamiste, estime Piers Pigou, spécialiste de l’Afrique subsaharienne pour l’International Crisis Group.

Mais le chef d’Etat a insisté mercredi que toute aide extérieure viendrait « nous soutenir », mais pas « nous remplacer ». Il a par ailleurs affirmé que les jihadistes avaient été « chassés » de Palma.

« La question est de savoir s’il est possible d’étouffer dans l’œuf » l’avancée des groupes armés « avant qu’ils ne s’étendent « , affirme Piers Pigou à l’AFP, rappelant que jusqu’à présent, le Mozambique n’a sollicité que des aides bilatérales avec certains pays membres de la SADC.

« Si le Mozambique devait s’effondrer, il pourrait être utilisé comme point d’entrée pour affecter la région », met en garde Adriano Nuvunga, directeur d’un centre de recherches à Maputo.

Le pays, qui s’étend le long de l’océan Indien sur plus de 2.000 km, est frontalier du Malawi, du Zimbabwe, de l’Afrique du Sud, la Tanzanie, la Zambie et l’Eswatini.

– « À notre porte » –

« Les frontières avec le Mozambique sont immenses et pas faciles à gérer », relève l’analyste indépendant tanzanien Kennedy Mmari, qui craint une « accélération » de l’extrémisme dans son pays.

Les jihadistes mozambicains ont déjà pris pour cible des villes et villages du sud de la Tanzanie. Un raid meurtrier a notamment touché la ville de Mtwara en octobre.

Ces groupes armés, très opaques, se composent principalement de Mozambicains mais aussi de nombreux Tanzaniens, selon plusieurs experts, et sans doute d’autres étrangers.

« C’est à notre porte », met en garde Liesl Louw-Vaudran, chercheuse à l’Institut sud-africain d’études de sécurité. Selon elle, les pays les plus vulnérables sont ceux proches de la province mozambicaine du Cabo Delgado, qui concentre ces violences.

Mais pour l’instant, les jihadistes semblent plus préoccupés par l’idée de gagner du terrain à l’intérieur du Mozambique, souligne la chercheuse.

Un autre enjeu est l’avenir des immenses gisements de gaz naturel de la région. Le site de Total devait être opérationnel en 2024 et ces richesses étaient censées faire du Mozambique un « géant de l’énergie », rappelle M. Nuvunga.

Or les spécialistes craignent que les troubles ne poussent les entreprises internationales et les investisseurs à abandonner la région.

Les flux commerciaux sont également menacés, selon les spécialistes, notamment les échanges maritimes par le canal du Mozambique, et terrestres avec le Malawi, la Zambie et le Zimbabwe enclavés.

« Si les violences ne sont pas combattues et gagnent en intensité, elles risquent d’empêcher le développement de la région », avertit M. Nuvunga.

Mais les forces gouvernementales « sont loin d’avoir repris le contrôle », met en garde M. Pigou. « Reste à voir la capacité de manœuvre de la SADC dans ce contexte ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus