retour en force de la FIAC et d’Asia Now à Paris

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Foire internationale d’art contemporain (FIAC), qui s’est déroulée virtuellement en mars en raison du Covid, revient en force sur le terrain et en ligne de jeudi à dimanche, accompagnée de sa petite soeur dédiée à l’Asie, Asia Now.

Une 47e édition « grandiose », promet à l’AFP la Néo-Zélandaise Jennifer Flay, directrice de la FIAC, qui parle d’une « nouvelle impulsion » pour une édition « hybride » (physique et en ligne jusqu’au 25 octobre) et d’une « renaissance de Paris comme place forte de l’art contemporain » international avec « l’installation d’une dizaine de galeries dans la capitale en moins de deux ans, malgré la pandémie ».

Un nouveau site, le Grandinterna Palais éphémère, de 10.000 m2, conçu par l’architecte Jean-Michel Wilmotte et installé tout près de l’Ecole militaire dans la perspective de la Tour Eiffel, accueille 174 galeries de 25 pays.

Il a été inauguré en juin pour accueillir les foires et salons qui se tenaient habituellement au Grand Palais, en travaux.

Une structure additionnelle légère s’y ajoute pour offrir à la FIAC jusqu’à 18.000 m2 d’exposition supplémentaires tandis que le Jardin des Tuileries accueille en plein air les oeuvres de 25 artistes dans le cadre de la FIAC « hors les murs ».

Une œuvre monumentale d’Alexander Calder, « Flying Dragon » (1975), sera présentée place Vendôme, en collaboration avec la Ville de Paris et la galerie Gagosian.

L’exposition fera aussi dialoguer au musée Delacroix, les œuvres d’Eugène Delacroix et celles de l’artiste français Jean Claracq, à peine trentenaire, et sa peinture figurative d’après écrans, autour de la thématique de la jeunesse.

En parallèle, Asia Now tient sa 7e édition dans un hôtel particulier avenue Hoche, pour « mettre en lumière des artistes encore un peu sous le radar en Europe alors qu’ils sont déjà repérés en Asie et collectionnés, voire accueillis dans des musées et fondations », dit Alexandra Fain, sa directrice à l’AFP.

Une quarantaine de galeries et plus de 200 artistes venant d’une douzaine de pays sont attendus (Chine, Vietnam, Singapour, Corée du Sud, Japon, Thaïlande…) dont certains venant pour la première fois d’Iran, invité d’honneur.

Aux côtés des galeries, des « cartes blanches » seront données à des curateurs invités afin de faire découvrir « d’autres points de vue ». Des tables rondes sont programmées sur des thèmes comme l’écologie, et, cette année, l’Afghanistan.

Odile Burluraux, conservatrice au Musée d’art moderne de Paris, réunira notamment dix artistes iraniennes autour de la vidéo. Paris accueillera pour la première fois huit galeries venues de Téhéran et une soixantaine d’artistes, travaillant à Téhéran ou issus de la diaspora iranienne.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available