Fin du masque dans les aéroports et les avions dans toute l’UE dès le 16 mai

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Agence européenne de la sécurité aérienne a annoncé que les masques faciaux n’auront plus besoin d’être obligatoires pour les voyages aériens.
Bas les masques en avion. L’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a annoncé ce mercredi 11 mai la levée à compter de lundi 16 mai de l’obligation de porter un masque dans les aéroports et à bord des avions dans l’UE, décrétée à la suite de la pandémie de Covid-19.

″À partir de la semaine prochaine, les masques faciaux n’auront plus besoin d’être obligatoires pour les voyages aériens”, a déclaré le directeur exécutif de l’AESA, Patrick Ky.

Quelques heures avant cette annonce, le gouvernement français a déclaré que les masques ne seront plus obligatoires non plus dans les transports dès lundi. ”À partir de lundi 16 mai, le port du masque ne sera plus obligatoire dans l’ensemble des transports en commun”, a déclaré Olivier Véran à la sortie du conseil des ministres. Sont concernés notamment le métro, le bus, le train, l’avion et les taxis, a précisé le cabinet du ministère à l’AFP.

“La situation s’améliore”
En France, le ministre de la Santé insiste sur le fait que le port du masque reste “recommandé”, mais la réalité ressemblera probablement aux supermarchés ou aux cinémas, où un tel allègement est déjà en place: la grande majorité des visages seront à nouveau découverts.

Ce sera donc la fin du dernier grand marqueur de l’épidémie de Covid-19 dans l’espace public, une décision qui entérine le fait que la maladie soit devenue une moindre préoccupation sanitaire comme politique.

“La situation s’améliore”, a résumé Olivier Véran, alors que, depuis plus d’un mois, les contaminations et les hospitalisations diminuent enfin après une très longue vague hivernale.

Le Covid passé à l’arrière-plan des préoccupations

Celle-ci s’est elle-même révélée gérable par les hôpitaux, du fait de la bonne protection de la population par la vaccination, ainsi que la dangerosité relativement faible du variant Omicron, apparu fin 2021.

Parallèlement aux considérations sanitaires, le Covid était passé à l’arrière-plan des préoccupations, la situation sanitaire restant très peu évoquée lors de la campagne présidentielle qui a vu la réélection d’Emmanuel Macron.

Dans ce contexte, le gouvernement avait déjà pris plusieurs mesures emblématiques ces derniers mois, mettant notamment fin en mars au port du masque, hormis dans les transports, et au pass vaccinal, qui imposait d’être vacciné contre le Covid pour accéder à de nombreux lieux comme les restaurants et les cinémas.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available