En coup de pouce pour l’Afrique, le Sénégal vise à produire des vaccins Covid-19 l’année prochaine

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le Sénégal pourrait commencer à produire des vaccins COVID-19 l’année prochaine dans le cadre d’un accord avec le groupe de biotechnologie belge Univercells visant à stimuler les ambitions de fabrication de médicaments en Afrique, a déclaré à Reuters une source impliquée dans le financement du projet.

Alors que les pays riches commencent à rouvrir après avoir obtenu tôt les approvisionnements en vaccins, les pays africains ont toujours du mal à se faire vacciner. Sur un continent de 1,3 milliard, seulement 7 millions environ ont été complètement vaccinés.

La collaboration met en évidence les opportunités créées par une poussée mondiale pour canaliser l’argent et la technologie vers la production sur un continent qui ne fabrique que 1% des vaccins dont il a besoin.

Univercells a annoncé en avril la signature d’une lettre d’intention de collaboration avec l’Institut Pasteur de Dakar, la capitale du Sénégal. La source a partagé les détails de la proposition, qui n’ont pas été rendus publics.

En vertu de l’accord, l’Institut Pasteur utiliserait la technologie de production de vaccins développée par Univercells pour fournir des vaccins COVID-19 aux pays d’Afrique de l’Ouest.

L’institut commencerait dans un premier temps à conditionner et à distribuer les vaccins produits par Univercells en Belgique au début de l’année prochaine, a déclaré à Reuters la source impliquée dans l’obtention du financement de la collaboration.

Univercells transférerait sa chaîne de production complète au Sénégal au cours du second semestre 2022, a indiqué la source, ajoutant que la société formerait du personnel local afin qu’il puisse éventuellement diriger l’opération.

La directrice des investissements d’Univercells, Kate Antrobus, interrogée sur le calendrier du projet, a confirmé qu’il pourrait envoyer des doses de vaccin au Sénégal au début de l’année prochaine.

Elle a refusé de commenter la date exacte d’une chaîne de production complète de vaccins au Sénégal, mais à propos des délais référencés, elle a déclaré: « Je ne pense pas qu’ils soient déraisonnables. »

Le calendrier dépend de l’obtention de l’approbation réglementaire d’Univercells pour un site de production de vaccins en Belgique. Antrobus a déclaré que cela était prévu « n’importe quel jour maintenant ».

Le directeur de l’Institut Pasteur, Amadou Sall, a refusé de commenter le calendrier ou la taille du projet, mais a déclaré que l’établissement travaillait avec des donateurs pour obtenir un soutien financier.

« Il y a beaucoup de volonté politique, je suis optimiste. Mais il ne s’agit pas d’une dynamique, il s’agit de créer une réelle opportunité », a-t-il déclaré.

On ne sait pas encore quel vaccin sera fourni au Sénégal, mais Antrobus a déclaré que le site en Belgique serait en mesure de fabriquer une classe de vaccins dits vecteurs viraux COVID-19 tels que ceux développés par Johnson & Johnson (JNJ.N) , AstraZeneca (AZN.L), le russe Spoutnik V et le chinois Cansino.

« Si COVID diminue de manière incroyable au cours de la prochaine année … cette même capacité pourrait être utilisée pour d’autres virus », a déclaré Antrobus.

Univercells possède également son propre candidat vaccin COVID-19, en cours de développement avec l’allemand Leukocare et la société italienne ReiThera, qui a terminé les essais de phase II. Elle recherche un financement pour réaliser la phase III, que le gouvernement italien s’est dit prêt à financer.

300 MILLIONS DE DOSES L’ANNÉE PROCHAINE

L’Institut Pasteur du Sénégal est la seule installation en Afrique produisant actuellement un vaccin – un vaccin contre la fièvre jaune – qui est pré-qualifié par l’Organisation mondiale de la santé, qui exige des fabricants qu’ils respectent des normes internationales strictes.

La pré-qualification permet aux établissements de fournir aux principaux acheteurs comme l’UNICEF, l’agence des Nations Unies pour l’enfance.

Des donateurs, dont les États-Unis et l’Union européenne, font la queue pour aider à financer une expansion de l’institut pour incorporer des vaccins COVID-19, a déclaré la source impliquée dans la collecte de fonds.

Un appel de l’institut pour un financement initial de 10 millions de dollars a été sursouscrit, a indiqué la source.

Une analyse des coûts financée par le gouvernement britannique menée pour l’Institut Pasteur, vue par la même source, a déclaré que le projet coûterait environ 200 millions de dollars, sur la base de son objectif de produire 300 millions de doses de vaccin COVID-19 d’ici la fin de l’année prochaine.

Le financement dépendra de l’engagement des acheteurs par l’institut. Selon l’analyse des coûts, le projet serait commercialement viable s’il produisait des vaccins autres que le COVID-19, afin qu’il puisse continuer à fonctionner après la pandémie.

PLAN STRATÉGIQUE

Les luttes de l’Afrique pour garantir l’approvisionnement en vaccins ont exposé sa vulnérabilité aux crises sanitaires et ont poussé les gouvernements à trouver des moyens de stimuler la production de médicaments et de vaccins.

Ces efforts gagnent maintenant du terrain auprès des pays riches.

L’Union européenne a déclaré le mois dernier qu’elle investirait au moins 1 milliard d’euros pour construire des centres de fabrication en Afrique, avec le Sénégal, l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Maroc et l’Égypte parmi les principaux candidats.

L’Institut Biovac d’Afrique du Sud a déclaré à Reuters qu’il était en contact avec les gouvernements français et allemand et les sociétés pharmaceutiques dans le but de produire 30 millions de vaccins COVID-19 par an.

La société sud-africaine Aspen Pharmacare produit déjà localement des injections du vaccin J&J.

Le plan de l’UE, en coordination avec l’Union africaine, vise à renforcer les régulateurs des médicaments en Afrique, à former les Africains aux compétences nécessaires pour développer l’industrie pharmaceutique et à soutenir les entreprises produisant des matériaux et des composants.

Le plan examinera les pays qui « peuvent agir rapidement et qui ont le capital politique pour faire avancer cela », a déclaré John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies.

Le marché africain des vaccins de 1,3 milliard de dollars pourrait atteindre 5,4 milliards de dollars d’ici 2030 en raison de la croissance démographique et de la disponibilité de nouveaux vaccins, a déclaré le cabinet de conseil américain McKinsey and Company dans un rapport d’avril.

Il y a encore un long chemin à parcourir, selon les experts.

Au-delà du besoin de financement, les gouvernements et les régulateurs doivent faciliter le transfert de technologie vers l’Afrique et réduire les risques grâce à des partenariats public-privé.

« Ce sont vraiment des objectifs à moyen et long terme, vous envisagez donc un ou deux ans minimum », a déclaré Chema Triki du Tony Blair Institute for Global Change. « Il ne s’agit pas seulement de COVID. L’Afrique doit être prête pour la prochaine pandémie. »

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available