Canada: Manitoba veut attirer des fonctionnaires québécois inquiets pour la loi sur l’habillement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le gouvernement du Manitoba prévoit de recruter des fonctionnaires québécois qui s’inquiètent d’une nouvelle loi dans la province interdisant les symboles religieux au travail.

Le premier ministre Brian Pallister a déclaré que le Manitoba manquait de fonctionnaires bilingues et enverra des lettres à des organisations professionnelles, des collèges et d’autres entités du Québec pour inviter les travailleurs du secteur public à s’installer dans l’Ouest.

« Nous pensons qu’il peut y avoir des Québécois en ce moment qui veulent venir dans une province où nous n’avons pas de police du vêtement, où leurs libertés seront respectées et leurs droits respectés », a déclaré Pallister jeudi.

L’interdiction par le Québec des symboles religieux sur le lieu de travail ne s’applique qu’à certaines personnes de la fonction publique occupant des postes d’autorité, notamment les juges, les officiers de police, les greffiers et les enseignants des écoles publiques.

Le bureau de Pallister a déclaré que les efforts de recrutement au Manitoba cibleront un éventail de fonctionnaires dans des domaines tels que l’éducation, les soins de santé, les services sociaux et l’agriculture.

Les critiques disent que cela vise injustement les musulmans, les sikhs et les autres minorités religieuses. Le Premier ministre du Québec, François Legault, a déclaré que la loi aidait à assurer la laïcité au travail et était soutenu par une majorité de Québécois.

Pallister a soulevé son opposition à la loi lors d’une réunion des premiers ministres du Canada à Saskatoon plus tôt ce mois-ci, bien que cela ne fasse pas partie du programme officiel et qu’il ne figure pas dans le communiqué publié par les premiers ministres après la réunion.

Pallister a déclaré que la lettre aux organisations du Québec sera finalisée prochainement et sera rendue publique.

« Je n’essaie pas de cacher le fait que je ne suis pas d’accord avec le projet de loi 21 et je ne vais pas essayer de cacher le fait que nous allons utiliser cette menace pour répondre aux besoins de la population du Manitoba, et donner la possibilité aux gens qui se sentent concernés par ce projet de loi en particulier « , a-t-il déclaré.

La loi québécoise était une promesse de campagne de Legault et est entrée en vigueur le mois dernier. Il est contesté devant un tribunal par une organisation nationale musulmane et un groupe de défense des libertés civiles.

Un juge de la Cour supérieure du Québec a rejeté jeudi leur demande de suspension de la loi jusqu’à l’audience.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus