Poutine envoie ses propositions constitutionnelles au Parlement

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

MOSCOU –
Le président russe Vladimir Poutine a soumis au Parlement un ensemble d'amendements constitutionnels largement considérés comme une tentative de sécuriser son emprise sur le pouvoir bien après la fin de son mandat actuel en 2024.

Poutine a d'abord présenté mercredi les changements proposés dans son discours sur l'état de la nation, arguant qu'ils visent à renforcer le rôle du Parlement et à renforcer la démocratie. Les détracteurs du Kremlin ont fait valoir qu'ils étaient destinés à permettre à son règne pour la vie.

La chambre basse contrôlée par le Kremlin, la Douma d'État, a confirmé lundi qu'elle avait reçu un projet de loi sur les propositions constitutionnelles du Kremlin. Les législateurs accéléreront le document, le soumettant à la discussion lors de la réunion de jeudi.

Poutine, 67 ans, est au pouvoir depuis plus de 20 ans, plus longtemps que tout autre dirigeant russe ou soviétique depuis Josef Staline, qui a dirigé de 1924 jusqu'à sa mort en 1953. En vertu de la loi actuellement en vigueur, Poutine doit quitter ses fonctions de président lorsque son mandat actuel prend fin.

Les observateurs disent que les changements proposés pourraient permettre à Poutine de rester aux commandes en devenant chef du Conseil des affaires d'État ou en occupant le siège du Premier ministre après avoir accru les pouvoirs du Parlement et du Cabinet et réduit l'autorité présidentielle.

Les amendements de Poutine comprennent une proposition visant à donner à la constitution une priorité claire sur le droit international – un ajustement considéré comme le reflet de l'irritation du Kremlin face aux décisions de la Cour européenne des droits de l'homme qui ont tenu la Russie responsable des violations des droits de l'homme.

Un autre amendement suggéré dit que les hauts fonctionnaires ne sont pas autorisés à avoir la nationalité étrangère ou des permis de séjour.

Parallèlement aux législateurs, un groupe de travail créé par Poutine examinera également les modifications proposées avant leur mise aux voix.

Poutine a déclaré que les modifications constitutionnelles devaient être approuvées par l'ensemble du pays, mais il n'était pas immédiatement clair comment un tel vote serait organisé.

Parallèlement à la modification de la constitution, Poutine a également licencié la semaine dernière le Premier ministre Dmitri Medvedev, qui occupait le poste depuis huit ans, et a nommé le chef des impôts Mikhail Mishustin pour lui succéder. Le leader russe n'a pas encore nommé le nouveau cabinet.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available