Les propositions constitutionnelles de Poutine sont acceptées lors de la première lecture à la Douma

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

MOSCOU –
Le Parlement russe a approuvé jeudi un ensemble d'amendements constitutionnels en première lecture, ce qui est largement considéré comme une tentative du président Vladimir Poutine de rester au pouvoir après la fin de son mandat en 2024.

Poutine a soumis les amendements à la Douma d'État, la chambre basse du Parlement russe, lundi, quelques jours seulement après leur présentation dans le discours annuel sur l'état de la nation la semaine dernière.

Il a suggéré que les législateurs pourraient nommer les premiers ministres et les membres du Cabinet, a proposé un plus grand rôle pour le Conseil d'État, un obscur organe consultatif des gouverneurs régionaux et des fonctionnaires fédéraux, et a cherché à donner la priorité à la primauté des lois russes sur le droit international.

Il a soutenu que les changements proposés renforceraient la démocratie.

La Douma contrôlée par le Kremlin a voté à l'unanimité pour les amendements jeudi, après en avoir discuté pendant deux heures.

Poutine, un ancien bureau du KGB âgé de 67 ans, dirige la Russie depuis plus de 20 ans – la plus longue depuis le dirigeant soviétique Joseph Staline. Selon la Constitution russe, il devra se retirer en 2024, après avoir purgé deux mandats consécutifs.

Le projet de loi soumis au Parlement habilite le Conseil d'État à "déterminer les principales orientations de la politique intérieure et étrangère", son pouvoir spécifique restant à énoncer dans une loi distincte.

Il donne au Parlement plus de poids sur la nomination des ministres du Cabinet, mais souligne que le président devrait conserver le pouvoir de révoquer le Premier ministre et les ministres du Cabinet et rester en charge des forces militaires et des forces de l'ordre russes.

Les commentateurs voient ces propositions comme une stratégie permettant à Poutine de rester aux commandes en devenant le chef du Conseil des Affaires d'Etat.

Le projet modifie également la constitution pour limiter un président à deux mandats, contrairement à la version actuelle qui contient une limite de deux mandats consécutifs.

La deuxième lecture du projet de loi est prévue pour le 11 février. Les législateurs et le groupe de travail créé par Poutine ont déjà présenté une variété de propositions en plus de ce que le projet de loi décrit.

Poutine a déclaré que les modifications constitutionnelles doivent être approuvées par l'ensemble de la nation, mais il reste difficile de savoir comment un tel vote serait organisé.

Les membres de l'opposition russe ont condamné la réforme comme un "coup d'État constitutionnel" et ont appelé à un rassemblement contre elle le 29 février.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available