La Turquie envoie un deuxième paquet d’aide au Liban après l’explosion dévastatrice d’un port

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un avion militaire turc, transportant une aide médicale et des fournitures, est arrivé mardi à Beyrouth, la capitale libanaise, après que l’explosion meurtrière de la semaine dernière a tué au moins 171 personnes et en a blessé des milliers.

Hakan Çakıl, l’ambassadeur de Turquie au Liban, le personnel de l’ambassade et des responsables libanais ont accueilli l’avion à l’aéroport international Rafik Hariri de Beyrouth.

Une équipe de l’Autorité de gestion des catastrophes et des urgences (AFAD), une équipe nationale de secours médical et le Croissant-Rouge turc (Kızılay) concluront leurs activités de recherche et de sauvetage dans la ville touchée par l’explosion et retournera en Turquie à bord de l’avion militaire tout en une équipe de sept personnes poursuivra ses activités dans la région.

Plus tôt dans la journée, le ministère turc de la Défense nationale a confirmé sur Twitter qu’un deuxième avion transportant de l’aide avait quitté la capitale Ankara pour Beyrouth.

« L’avion A400M des forces armées turques, qui livrera des fournitures et des équipements médicaux avec le personnel de l’AFAD au Liban, a décollé de la base aérienne d’Ankara Etimesgut », a indiqué le ministère.

L’avion a été envoyé sur ordre du président Recep Tayyip Erdoğan.

Juste un jour après l’explosion, un autre vol plus tôt a transporté de l’aide et une équipe de recherche et de sauvetage à Beyrouth.

L’avion transportait du matériel humanitaire donné par le ministère turc de la Santé, l’AFAD et Kızılay.

Il transportait également 21 membres du personnel national de sauvetage médical, deux unités d’urgence, trois tentes, des médicaments et du matériel médical, 10 membres du personnel de l’AFAD, du matériel, un véhicule de recherche et de sauvetage, trois membres du personnel de Kızılay, une équipe de recherche et de sauvetage, ainsi que du personnel médical et humanitaire. aide.

Samedi, le vice-président Fuat Oktay et le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu ont également visité le site de l’explosion.

Oktay avait déclaré qu’Ankara était prête à envoyer davantage d’assistance médicale et d’aide alimentaire pour aider le Liban dans son heure de besoin.

Déclarant que les hôpitaux et les ambulances aériennes de la Turquie resteraient au service du Liban, il a annoncé que les autorités avaient proposé des ambulances aériennes turques pour transporter des citoyens libanais blessés en Turquie pour y être soignés.

Oktay a également déclaré que le Liban pouvait utiliser le port de Mersin, sur la côte méditerranéenne, jusqu’à ce que le port de Beyrouth soit reconstruit.

« Nous avons dit que les marchandises pourraient être transportées avec des navires plus petits et d’autres moyens de transport de Mersin au Liban », a-t-il ajouté.

Selon le ministère libanais de la Santé, au moins 171 personnes sont mortes et plus de 6 000 ont été blessées depuis l’explosion du 4 août qui a ravagé des parties de la capitale libanaise.

Les chiffres, cependant, devraient augmenter à mesure que les efforts se poursuivent pour retrouver les personnes disparues.

La tragédie est survenue à un moment où le Liban traverse sa pire crise économique, avec une chute dramatique de la valeur de la livre libanaise par rapport au dollar américain.

L’explosion de milliers de tonnes de nitrate d’ammonium stockées dans le port, apparemment déclenchée par un incendie, a été la plus importante de l’histoire du Liban et a causé entre 10 et 15 milliards de dollars de dommages, selon le gouverneur de Beyrouth. Pendant ce temps, des centaines de milliers de personnes sont sans abri.

Les documents qui ont fait surface après l’explosion ont montré que pendant des années, les responsables avaient été avertis à plusieurs reprises que la présence de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium dans le port représentait un grave danger pour le public, mais personne n’a agi pour l’enlever.

L’aide internationale afflue au Liban depuis des jours et plusieurs hôpitaux de campagne ont été installés autour de Beyrouth pour aider à soigner les blessés.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus