Le monde offre son soutien et ses condoléances au Liban après l’explosion dévastatrice de Beyrouth

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une aide médicale d’urgence et des hôpitaux de campagne éphémères ont été envoyés au Liban mercredi, alors que le monde offrait de l’aide et rendait hommage aux victimes de l’énorme explosion qui a dévasté Beyrouth.

L’explosion, centrée sur le port de la ville, a provoqué des destructions massives et tué au moins 113 personnes, ravageant la misère d’un pays déjà en crise.

L’aide médicale d’urgence du Koweït est arrivée dans la capitale libanaise mercredi matin, alors que la Croix-Rouge libanaise a déclaré que plus de 4 000 personnes étaient soignées pour des blessures après l’explosion qui a fait voler des éclats de verre et des débris.

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a appelé les « pays amis » à soutenir une nation déjà sous le choc de sa pire crise économique depuis des décennies ainsi que de la pandémie de coronavirus.

Le président Recep Tayyip Erdoğan a été l’un des premiers chefs d’État à offrir son aide au Liban.

Lors d’un appel téléphonique, Erdoğan a présenté ses condoléances à son homologue Michel Aoun, ainsi qu’au peuple libanais, a déclaré la Direction des communications turque dans un communiqué.

Erdoğan a déclaré que la Turquie serait aux côtés du Liban et était prête à fournir une aide humanitaire, en particulier en termes de soins de santé, au peuple libanais.

Il a également publié un message en arabe sur Twitter.

« J’offre mes condoléances aux proches de ceux qui ont perdu la vie dans l’explosion du port de Beyrouth et je prie qu’Allah leur donne patience et endurance », a déclaré Erdoğan.

Les États du Golfe ont également été parmi les premiers à réagir, le Qatar ayant annoncé qu’il enverrait des hôpitaux de campagne pour alléger la pression sur le système médical libanais.

Les équipages de la base aérienne Al-Udeid de Doha ont chargé des centaines de lits pliables, de générateurs et de plaques à brûler sur un avion cargo de l’armée de l’air, l’un des quatre devant voler du Golfe à la Méditerranée mercredi.

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré dans un message à son homologue libanais que Téhéran était « prêt à offrir une aide médicale et médicinale et à aider à soigner les blessés ». Le roi de Jordanie Abdallah II a également promis d’envoyer un hôpital de campagne.

« L’hôpital de campagne comprendra des spécialistes et du personnel médical, pour contribuer à offrir des services médicaux et des traitements pour soutenir nos frères au Liban », a déclaré la télévision d’État jordanienne dans un reportage.

Les autorités néerlandaises ont annoncé que 67 travailleurs humanitaires se dirigeaient vers Beyrouth, dont des médecins, des policiers et des pompiers.

Les alliés proches et les adversaires traditionnels du Liban ont envoyé leurs condoléances, avec l’Iran et l’Arabie saoudite – rivaux de longue date pour l’influence sur le pays – tous deux envoyant des messages de soutien.

«Nos pensées et nos prières accompagnent le grand peuple résilient du Liban», a tweeté le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

« Restez fort, Liban », a-t-il dit.

L’Arabie saoudite a déclaré qu’elle suivait la situation avec « une grande inquiétude ».

De façon inhabituelle, Israël voisin a offert une aide humanitaire – à un pays avec lequel il est encore techniquement en guerre.

« Le ministre de la Défense Benny Gantz et le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi, au nom de l’Etat d’Israël, ont offert au gouvernement libanais – via des intermédiaires internationaux – une aide médicale et humanitaire, ainsi qu’une aide d’urgence immédiate », indique un communiqué.

Le chef des Nations Unies, Antonio Guterres, a exprimé ses « plus sincères condoléances … suite aux horribles explosions à Beyrouth », qui, selon lui, avaient également blessé certains membres du personnel de l’ONU.

Le président américain Donald Trump a déclaré que « cela ressemble à une attaque terrible » et que les généraux américains lui avaient dit que les puissantes explosions semblaient avoir été causées par une « bombe quelconque », sans apporter de preuves.

L’émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, a souhaité « un prompt rétablissement aux blessés », tandis que le vice-président des Émirats arabes unis (EAU) et dirigeant de Dubaï, le cheikh Mohammed bin Rashid Al-Maktoum, a tweeté « nos condoléances à notre peuple bien-aimé au Liban. »

L’Egypte a exprimé sa « profonde inquiétude » face à la destruction et le chef de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a présenté ses condoléances, soulignant « l’importance de découvrir la vérité sur les explosions ».

Le Syrien Bashar Assad a écrit à Aoun que « au nom du peuple arabe syrien, nous présentons nos sincères condoléances à vous et au peuple libanais ».

En dehors de la région, le président Vladimir Poutine a déclaré que «la Russie partage le chagrin du peuple libanais», selon un communiqué du Kremlin.

« Je vous demande de transmettre des paroles de sympathie et de soutien aux familles et amis des victimes, ainsi que vos souhaits de rétablissement rapide à toutes les personnes touchées. »

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a qualifié les photos et vidéos de Beyrouth de « choquantes ».

Le président français Emmanuel Macron a déclaré dans un tweet en arabe que « la France est aux côtés du Liban. Toujours ».

Son bureau a déclaré que deux avions militaires décolleraient pour le Liban plus tard mercredi avec des experts en recherche et sauvetage, 15 tonnes d’équipements sanitaires et une clinique mobile.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus