Abbas menace de rompre les liens de sécurité avec Israël et les États-Unis

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

LE CAIRE –
Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé de couper les liens de sécurité avec Israël et les États-Unis samedi, dans un long discours prononcé lors d'une réunion de la Ligue arabe dans la capitale égyptienne qui a dénoncé un plan de la Maison Blanche pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Le plan américain accorderait aux Palestiniens une autonomie limitée dans certaines parties de la Cisjordanie occupée, tout en permettant à Israël d'y annexer toutes ses colonies et de garder la quasi-totalité de Jérusalem-Est.

Le sommet des ministres arabes des Affaires étrangères au Caire a été demandé par les Palestiniens, qui ont répondu avec colère à la proposition américaine.

Abbas a déclaré avoir dit à Israël et aux États-Unis qu '"il n'y aura pas de relations avec eux, y compris les liens de sécurité" à la suite de l'accord qui, selon les Palestiniens, favorise fortement Israël.

Il n'y a eu aucun commentaire immédiat de la part des autorités américaines ou israéliennes.

Le dirigeant palestinien a déclaré qu'il avait refusé de prendre les appels téléphoniques et les messages du président américain Donald Trump "parce que je sais qu'il s'en servirait pour dire qu'il nous a consultés".

"Je n'accepterai jamais cette solution", a déclaré Abbas. "Je ne ferai pas enregistrer dans mon histoire que j'ai vendu Jérusalem."

Il a déclaré que les Palestiniens restaient déterminés à mettre fin à l'occupation israélienne et à établir un État avec sa capitale à Jérusalem-Est.

Abbas a déclaré que les Palestiniens n'accepteraient pas les États-Unis comme médiateur unique dans les négociations avec Israël. Il a dit qu'ils iraient au Conseil de sécurité des Nations Unies et à d'autres organisations mondiales et régionales pour "expliquer notre position".

Le chef de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit, a déclaré que la proposition révélait un "tournant brutal" dans la politique étrangère américaine de longue date concernant le conflit israélo-palestinien.

"Ce tournant n'aide pas à la paix et à une solution juste", a-t-il déclaré.

Aboul-Gheit a déclaré que les Palestiniens rejetaient la proposition. Il a appelé les deux parties, les Israéliens et les Palestiniens, à négocier pour parvenir à une "solution satisfaisante pour chacun d'eux".

Le président Trump a dévoilé mardi à Washington la proposition tant attendue. Cela permettrait à Israël d'annexer toutes ses colonies de Cisjordanie – que les Palestiniens et la plupart de la communauté internationale considèrent comme illégales – ainsi que la vallée du Jourdain, qui représente environ un quart de la Cisjordanie.

En retour, les Palestiniens se verraient accorder le statut d'État à Gaza, des morceaux épars de Cisjordanie et certains quartiers de la périphérie de Jérusalem, tous reliés par un nouveau réseau de routes, de ponts et de tunnels. Israël contrôlerait les frontières et l'espace aérien de l'État et maintiendrait une autorité de sécurité globale. Les critiques du plan disent que cela priverait l'État palestinien de tout sens.

Le plan abolirait le droit au retour des réfugiés palestiniens déplacés par la guerre de 1948 et de leurs descendants, une demande palestinienne clé. L'ensemble de l'accord dépendrait du désarmement des dirigeants du Hamas de Gaza et d'autres groupes armés, ce qu'ils ont toujours catégoriquement rejeté.

Des ambassadeurs des Émirats arabes unis, de Bahreïn et d'Oman ont assisté au dévoilement mardi à Washington, en signe tacite de soutien à l'initiative américaine.

L'Arabie saoudite et l'Égypte, États arabes proches alliés des États-Unis, ont déclaré apprécier les efforts du président Trump et appelé à la reprise des négociations sans commenter le contenu du plan.

L'Égypte a exhorté dans une déclaration les Israéliens et les Palestiniens à "étudier attentivement" le plan. Il a déclaré qu'il était favorable à une solution qui rétablisse tous les "droits légitimes" du peuple palestinien en créant un "Etat indépendant et souverain sur les territoires palestiniens occupés".

La déclaration égyptienne n'a pas mentionné la demande arabe de longue date de Jérusalem-Est comme capitale pour le futur État palestinien, car le Caire a généralement ses déclarations liées au conflit israélo-palestinien.

La Jordanie, quant à elle, a mis en garde contre toute "annexion israélienne de terres palestiniennes" et a réaffirmé son attachement à la création d'un État palestinien dans le sens de 1967, qui comprendrait toute la Cisjordanie et Jérusalem-Est annexée par Israël.

La Jordanie et l'Égypte sont les deux seuls pays arabes à avoir conclu des traités de paix avec Israël.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus