Johnson, au Royaume-Uni, parle durement du commerce; L'UE exige des droits de pêche

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

LONDRES –
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi un pari difficile lors des négociations avec l'Union européenne, affirmant que le Royaume-Uni s'en irait sans accord de libre-échange plutôt que d'accepter de suivre les règles fixées par le bloc des 27 nations.

À peine 60 heures après la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE, le premier pays à l'avoir fait, Johnson s'interroge sur ses relations futures. Dans un discours aux chefs d'entreprise et diplomates internationaux à Londres, Johnson prévoit de dire "nous voulons un accord de libre-échange", mais pas à n'importe quel prix.

"Le choix n'est absolument pas" d'accord ou de non-accord "", prévoit Johnson, selon des extraits publiés par son bureau. "La question est de savoir si nous convenons d'une relation commerciale avec l'UE comparable à celle du Canada – ou plus comme celle de l'Australie."

Le commerce à l'australienne signifierait une panoplie de nouveaux tarifs et autres barrières entre le Royaume-Uni et l'UE, son voisin le plus proche et son principal partenaire commercial.

De l'autre côté de la Manche, le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, a déclaré que l'Union européenne reliera tout accès à son marché des produits britanniques directement à l'accès que les bateaux de l'UE auront aux eaux du Royaume-Uni.

Barnier a souligné les difficultés des négociations commerciales avec la Grande-Bretagne lorsqu'il a souligné la petite mais emblématique industrie de la pêche, qui était une question clé dans l'accord de divorce prolongé du Brexit au Royaume-Uni.

Barnier a déclaré à Radio France Inter "qu'il n'y aura pas d'accord commercial avec les Britanniques s'il n'y a pas d'accord d'accès réciproque pour nos pêcheurs". Barnier a déclaré que les deux sujets seront négociés en même temps.

Dans leur accord de divorce, la Grande-Bretagne et l'UE ont convenu de conclure un "partenariat ambitieux, large, profond et flexible", comprenant un accord de libre-échange et des accords pour la sécurité et d'autres domaines. Ils se sont donné 11 mois pour le faire. Une «période de transition» post-Brexit, dans laquelle les relations restent essentiellement inchangées, se poursuivra jusqu'à la fin de 2020. Pour le reste de cette année, le Royaume-Uni continuera de suivre les règles de l'UE, même s'il n'aura plus son mot à dire dans la décision de l'UE – fabrication.

La Grande-Bretagne dit vouloir un accord de libre-échange "à la canadienne" avec l'UE couvrant à la fois les biens et les services. Mais il est catégorique qu'il n'acceptera pas de suivre l'intégralité du livre des règles de l'UE en échange d'un commerce sans entraves, car il veut être libre de diverger afin de conclure d'autres nouveaux accords dans le monde.

Le bloc insiste sur le fait qu'il ne peut y avoir d'accord commercial que si la Grande-Bretagne accepte des "règles du jeu équitables" et ne viole pas les réglementations de l'UE, en particulier dans les domaines de la protection de l'environnement, des droits des travailleurs et des normes de santé et de sécurité.

Johnson a l'intention de doubler la position ferme de la Grande-Bretagne.

Le Premier ministre a choisi de prononcer son discours dans le Painted Hall de l'Old Royal Naval College à Greenwich sur la Tamise, un endroit imprégné des gloires militaires britanniques passées. Le vaste hall, couvert de peintures glorifiant les réalisations britanniques, est l'endroit où l'Amir Horatio Nelson était en état après sa mort à la bataille de Trafalgar contre les marines de France et d'Espagne en 1805.

"Il n'est pas nécessaire qu'un accord de libre-échange implique d'accepter les règles de l'UE en matière de politique de concurrence, de subventions, de protection sociale, d'environnement ou quoi que ce soit de similaire, pas plus que l'UE ne devrait être obligée d'accepter les règles du Royaume-Uni", dira-t-il. "Le Royaume-Uni maintiendra les normes les plus élevées dans ces domaines – mieux, à bien des égards, que celles de l'UE — sans la contrainte d'un traité. Et il est vital de le souligner maintenant."

C'est un message destiné autant à un public national qu'à un bloc, mais il est peu probable que les dirigeants de l'UE soient impressionnés par ce qu'ils verront comme de l'intransigeance britannique et des vœux pieux.

Les pourparlers commerciaux officiels ne commenceront pas avant le mois prochain, une fois qu'ils auront été approuvés par les 27 autres pays de l'UE.

Les dirigeants de l'UE ont averti à plusieurs reprises que le calendrier est serré pour conclure tout type d'accord. Les accords de libre-échange prennent généralement des années. L'accord UE-Canada que le gouvernement britannique cite comme modèle a pris sept ans à négocier.

S'il n'y a pas d'accord d'ici la fin de 2020 et que le Royaume-Uni refuse de prolonger la période de négociation, la Grande-Bretagne fait face à une rupture économique brutale et perturbatrice du bloc – avec des tarifs et autres obstacles au commerce imposés immédiatement entre le Royaume-Uni et l'UE.

Cette perspective inquiète de nombreuses entreprises, en particulier dans des secteurs tels que l'industrie automobile, qui dépendent de la circulation aisée des pièces à travers les frontières.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus