les députés LREM vont réparer leur erreur, assure Olivia Grégoire

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Après le tollé suscité par le refus initial d’allonger le congé pour la perte d’un enfant, la majorité LREM à l’Assemblée nationale va déposer » très vite » une proposition de loi pour mieux les accompagner et « réparer » cette « lourde » erreur, a indiqué lundi la députée Olivia Grégoire.

La ministre du Travail « Muriel Pénicaud va, avec Adrien Taquet, dès cette semaine, dès demain, recevoir l’ensemble des associations concernées, discuter avec le Medef, les syndicats, pour qu’on propose mieux », a indiqué la députée LREM sur Cnews.

« Nous allons réparer notre erreur et quand on fait une erreur aussi lourde, un on la reconnaît, deux on la répare vite, et trois on est mieux-disant, on propose mieux, on va proposer mieux, et très vite », a-t-elle assuré.

Selon Mme Grégoire, les députés LREM vont « proposer par exemple une proposition de loi qui est prête », qui prévoira « ces congés de 12 jours mais plus largement d’accompagner mieux les parents à qui ce drame arrive, avec la création notamment d’un fonds public qui viendrait accompagner les parents en difficultés ».

Reconnaissant une « erreur collective », elle a toutefois appelé à « un peu d’humanité dans le traitement des députés », dont « certains » sont selon elle « concernés par ces drames ».

« On va réparer les choses » et « on profitera du débat au Sénat pour pouvoir rectifier les choses », a indiqué de son côté la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur France 2, en reconnaissant « une erreur d’appréciation politique » et « une mauvaise évaluation de la situation politique ».

« Il faut aller au-delà des seuls congés parce que ce n’est pas le seul sujet. Il faut améliorer l’accompagnement psychologique des parents, il faut mieux prendre en charge les frais funéraires », a précisé sur RMC et BFMTV Adrien Taquet, le secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance, qui souhaite que « la solidarité nationale prenne sa part en plus des entreprises ».

Emmanuel Macron était intervenu lui-même samedi pour faire cesser la polémique. Après le refus initial d’allonger ce congé de deuil, jeudi à l’Assemblée nationale, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a admis une « erreur » et s’est engagée « à trouver dans les tous prochains jours les solutions pour faire passer ce temps de répit de 5 jours aujourd’hui à 12 jours ».

Mais la marche arrière du gouvernement n’a pas empêché un nouvelle salve de critiques lundi.

« C’est Bercy qui dirige ce pays », « une forme de technocratie froide », a dénoncé sur LCI l’eurodéputé EELV Yannick Jadot, estimant qu’on « est gouverné par des gens qui ne connaissent rien de la vie, qui ne connaissent rien des difficultés des Françaises et des Français ».

« Même le Medef, Mme Parisot et Geoffroy Roux de Bézieux, ont dit +évidemment on est auprès de nos collaborateurs quand ils vivent ce drame-là+ », a souligné Lydia Guirous, membre du bureau politique des Républicains, sur Sud Radio, en critiquant un vote initial « scandaleux » et « une forme d’inhumanité » des députés LREM.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus