L’expédition des sciences de l’Arctique est mise au défi après que des membres ont testé le COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un individu impliqué dans une expédition internationale pour étudier les effets du changement climatique dans l’Arctique s’est révélé positif pour le coronavirus, dans un développement qui pourrait interrompre cette importante mission scientifique.

Un membre de l’équipe de l’expédition connu comme Mosaïque a été testé positif pour COVID-19, entraînant la mise en quarantaine de 20 autres membres de l’équipe, rapports Nouvelles de la nature. Aucun de ces individus n’est actuellement stationné dans l’Arctique, mais leur absence devrait perturber la composante aérienne de la recherche, car tous les membres affectés proviennent de la composante aéroportée de la mission.

MOSAiC, ou Observatoire multidisciplinaire de dérive pour l’étude du climat arctique, est une mission massive qui implique des centaines de chercheurs de 20 pays. Le but de l’expédition est d’étudier les effets du réchauffement climatique sur l’Arctique, une région que les chercheurs du MOSAiC appellent «cuisine climatique »En raison de la sensibilité de l’Arctique au réchauffement climatique. MOSAiC implique une grande glace allemandedisjoncteur, nommé Polarstern, qui a été enfermé dans la glace depuis octobre de l’année dernière.

le Polarstern, qui a mis les voiles le 20 septembre 2019, devrait passer une année entière dans l’Arctique, y compris un passage sans précédent pendant l’hiver arctique 2019-2020. le 154 millions de dollars projet de recherche est dirigé par Markus Rex de l’Institut Alfred Wegener, Centre Helmholtz pour la recherche polaire et marine (AWI)

Comme le rapporte Nature News, toutes les personnes concernées restent actuellement dans leurs maisons en attendant la fin de leur période de quarantaine de 14 jours. Vols de retour vers le Polarstern devaient reprendre le 12 mars, et tsa volonté les empêchera de rejoindre les membres de leur équipe dans l’Arctique. Nature News offre plus de détails sur cette histoire en développement:

Pour minimiser le risque d’exposition au coronavirus, tous les membres de l’équipe qui doivent rejoindre MOSAiC … sont testés pour le coronavirus avant de quitter leur domicile pour Svalbard, en Norvège, d’où ils partent pour le navire. Là, ils sont testés une deuxième fois avant d’être autorisés à partir. L’individu infecté avait assisté à un atelier à Bremerhaven le 5 mars avec d’autres membres de l’avion; la première série de tests a été effectuée dans le cadre de cette réunion.

UNEll 20 les personnes actuellement en quarantaine et l’individu avec COVID-19 travailler pour l’équipe aérienne MOSAiC. Cela pourrait potentiellement affecter la capacité des chercheurs à collecter des données atmosphériques et à étudier les régions arctiques d’en haut. Hélicoptères, pour exemple, sont utilisés pour mesurer l’épaisseur des glaces flottantes, et Avion polaire DC 3 mènent diverses activités scientifiques et logistiques au-dessus des glaces de l’Arctique.

Les scientifiques travaillent sous une fenêtre étanche avec Hiver arctique tirant à sa fin. Des retards supplémentaires pourraient « diminuer notre fréquence des événements (scientifiques) de capture que nous voulons voir », a déclaré à Nature News Matthew Shupe, un scientifique de l’atmosphère à l’Université du Colorado et à la NOAA.

le Polarstern est actuellement stationné près du pôle Nord, où il sert de plaque tournante centrale pour l’expédition. Un camp de glace composé de plusieurs structures est stationné à proximité, ainsi qu’une piste pour les avions entrants et sortants. C’est essentiellement une ville temporaire construit sur une banquise.

De là, le les scientifiques ont étudié la mer arctique glace, atmosphère et écosystème marin (y compris les ours polaires). Les chercheurs ont déjà dû composer avec intempéries, y compris des vents atteignant 100 kilomètres par heure (60 mph), et des températures aussi basses que32 degrés Celsius (moins-26 degrés Fahrenheit). Travaillant dans ces conditions difficiles, la dernière chose dont ces membres de la mission ont besoin en ce moment est que l’épidémie de COVID-19 atteigne l’Al’Arctique, où la maladie pourrait se propager aux membres du camp et à ceux du navire.

En effet, comme épisodes récents impliquant des navires de croisière ont montré, les bateaux sont comme de gigantesques boîtes de Pétri flottant sur l’eau. Les virus se propagent comme une traînée de poudre sur les navires, en raison de l’étroitesse des quartiers et de la proximité des compagnons de bord. Le fait que 20 membres de l’équipe aérienne ne puissent pas rejoindre la mission tant qu’ils n’ont pas passé la quarantaine est tout à fait logique.

L’esprit est toutefois stupéfait par l’ampleur considérable de cette pandémie alarmante, car elle menace désormais une équipe travaillant à proximité du pôle Nord.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available