6 nations européennes condamnent les lancements de missiles nord-coréens

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TANZANIE, TANZANIE –
Le Conseil de sécurité des Nations Unies n'a pas publié de déclaration après avoir discuté des derniers tests de missiles de la Corée du Nord, mais six pays européens au sein du conseil condamnent les lancements répétés de Pyongyang, affirmant qu'ils illustrent ses efforts continus pour développer ses programmes de missiles balistiques et étendre son arsenal.

La Belgique, l'Estonie, la France, l'Allemagne, la Pologne et le Royaume-Uni ont déclaré mardi dans un communiqué à huis clos qu'ils étaient profondément préoccupés par la poursuite des essais de missiles par la Corée du Nord, utilisant la technologie des missiles balistiques.

La République populaire démocratique de Corée, nom officiel du pays, a procédé à 17 lancements de missiles depuis mai 2019, dont quatre ce mois-ci, le 29 mars au plus tard.

"Nous condamnons ces actions provocantes", ont déclaré les Européens. "Ils sapent la sécurité et la stabilité régionales, ainsi que la paix et la sécurité internationales, et violent clairement les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies adoptées à l'unanimité."

L'ambassadrice adjointe allemande aux Nations Unies, Juergen Schulz, a déclaré au Conseil qu'il était triste que la Corée du Nord accorde la priorité à ses programmes d'armes illégales au lieu de faire de la solidarité et de la coopération mondiales une priorité absolue et de travailler avec l'Organisation mondiale de la Santé et l'ONU sur "le monde sans précédent". menace de la pandémie COVID-19. "

"Malheureusement, il semble qu'il y ait un manque de transparence dans la coopération de la RPDC avec l'ONU sur COVID-19 que nous trouvons dangereux et cynique", a-t-il déclaré.

Le comité du Conseil de sécurité surveillant les sanctions contre la Corée du Nord, dirigée par l'Allemagne, a accordé "toutes les demandes d'exemption humanitaire liées au COVID-19 avec une rapidité et une urgence sans précédent", a déclaré Schulz. "Les sanctions ne constituent donc pas un obstacle à une lutte efficace contre le COVID-19 en RPDC."

Les pourparlers pour freiner le programme nucléaire de la Corée du Nord sont dans l'impasse depuis l'effondrement du deuxième sommet entre le leader du Nord Kim Jong Un et le président américain Donald Trump au début de 2019, où les Américains ont rejeté les demandes nord-coréennes d'allégement des sanctions en échange d'une reddition partielle de ses capacités nucléaires.

Après l'échec des pourparlers, le Nord a mis fin à une pause de 17 mois dans l'activité balistique et a repris les lancements d'armes tout en faisant pression sur Washington et Séoul pour obtenir des concessions. Les lancements d'armes comprenaient un missile de développement à moyenne portée pouvant être lancé à partir de sous-marins, un "super gros" lance-roquettes multiples et un nouveau système de missile mobile à combustible solide.

La déclaration conjointe a de nouveau exhorté la Corée du Nord "à s'engager de bonne foi dans des négociations sérieuses avec les États-Unis visant à la dénucléarisation, à prendre des mesures concrètes pour abandonner toutes les armes de destruction massive et les programmes de missiles balistiques de manière complète, vérifiable et irréversible, et à s'abstenir de nouvelles provocations. "

"Il n'y a pas d'autre moyen d'assurer la sécurité et la stabilité dans la péninsule coréenne", ont déclaré les Européens. "La poursuite des provocations risque de compromettre les chances de succès des négociations."

Ils ont appelé le Conseil de sécurité et tous les pays à appliquer des sanctions contre la Corée du Nord.

La Chine et la Russie ont appelé à l'assouplissement des sanctions contre la Corée du Nord pour stimuler la reprise des pourparlers entre Pyongyang et Washington. Mais leur résolution commune proposant un certain assouplissement a langui au Conseil de sécurité parce que les États-Unis, leurs alliés occidentaux et d'autres membres veulent voir les actions nord-coréennes vers la dénucléarisation avant que toute mesure ne soit levée.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus