Plus de 40 pays accusent la Corée du Nord d’avoir violé le plafond des Nations Unies sur les importations de pétrole

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Plus de 40 pays ont accusé vendredi la Corée du Nord d’avoir violé illégalement un plafond de l’ONU sur les importations de pétrole raffiné et ont appelé à un arrêt immédiat des livraisons jusqu’à la fin de l’année, selon une plainte vue par Reuters.

Le Conseil de sécurité de l’ONU, composé de 15 membres, a imposé un plafond annuel de 500000 barils en décembre 2017 dans le but de couper le carburant pour les programmes d’armes nucléaires et de missiles balistiques de la Corée du Nord.

Mais dans une plainte déposée auprès du comité des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU pour la Corée du Nord, 43 pays – dont les États-Unis, le Royaume-Uni et la France – ont déclaré avoir estimé qu’au cours des cinq premiers mois de cette année, Pyongyang avait importé plus de 1,6 million de barils de pétrole raffiné via 56 les livraisons illicites de pétroliers.

La plainte indique que les navires nord-coréens continuent d’effectuer des transferts de navire à navire en mer « sur une base régulière en tant que principal moyen pour la RPDC d’importer du pétrole raffiné ». Le nom officiel de la Corée du Nord est la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Les pays ont demandé au comité des sanctions du Conseil de sécurité de déterminer officiellement que la Corée du Nord avait dépassé le plafond et « d’informer les États membres qu’ils doivent immédiatement cesser de vendre, de fournir ou de transférer des produits pétroliers raffinés à la RPDC pour le reste de l’année ».

Des demandes similaires adressées au comité en 2018 et 2019 ont été bloquées par les alliés nord-coréens, la Russie et la Chine. Ils sont également les deux seuls pays à avoir officiellement signalé des livraisons de pétrole raffiné au comité des sanctions du Conseil de sécurité.

« La Chine et la Russie ont collectivement déclaré 106 094,17 barils de transferts de produits pétroliers raffinés … de janvier à mai », indique la plainte. « La comptabilité officielle des importations de la RPDC sous-représente largement le volume des produits pétroliers raffinés qui entrent réellement en RPDC. »

Les 43 pays ont également exhorté le comité à appeler les États à << exercer immédiatement une vigilance accrue concernant les tentatives de la RPDC de se procurer des produits pétroliers raffinés supplémentaires et à empêcher les transferts illicites de navire à navire de produits pétroliers raffinés vers les navires détenus, contrôlés ou agissant sur au nom ou en coopération avec la RPDC. "

La Corée du Nord est soumise aux sanctions de l’ONU depuis 2006 pour ses programmes de missiles nucléaires et balistiques. Alors que le Conseil de sécurité a régulièrement renforcé les sanctions, les observateurs de l’ONU ont rapporté cette année que la Corée du Nord avait continué à améliorer ses programmes l’année dernière.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump se sont rencontrés trois fois depuis 2018, mais n’ont pas réussi à faire avancer les appels américains à Pyongyang pour qu’il renonce à ses armes nucléaires et les demandes de la Corée du Nord pour la fin des sanctions.

La plainte adressée au comité du Conseil de sécurité disait: « Si la RPDC est capable de se soustraire de manière flagrante aux sanctions internationales, elle sera peu incitée à s’engager dans des négociations sérieuses ».

La mission nord-coréenne auprès des Nations Unies à New York n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus