La Corée du Nord exclut le dialogue avec les États-Unis au milieu des tensions

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Corée du Nord a réitéré mardi qu’elle ne tiendrait pas de dialogue avec les États-Unis, critiquant la Corée du Sud pour « ingérence » dans ses affaires. Dans une déclaration publiée par l’agence de presse centrale coréenne d’État, Kwon Jong Gun, directeur général des affaires américaines au ministère des Affaires étrangères, a déclaré: « De manière explicite, nous n’avons pas l’intention de nous asseoir face à face avec les États-Unis ».
Le vice-secrétaire d’État américain et envoyé de la Corée du Nord, Stephen Biegun, est arrivé mardi pour des discussions dans le sud du pays, selon des reportages, quelques heures après que Pyongyang ait de nouveau jeté de l’eau froide sur l’idée de Séoul d’un autre sommet américano-coréen.

L’expression est l’objectif de Washington pour ses négociations avec Pyongyang, mais le Nord a clairement indiqué qu’il n’a pas l’intention de renoncer à son arsenal alors qu’il se considère comme menacé par une invasion américaine.

Les discussions sur l’arsenal nucléaire de Pyongyang sont au point mort depuis qu’un sommet de Hanoi entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un s’est effondré début 2019 sur ce que le Nord serait prêt à abandonner en échange d’un allégement des sanctions.
Kim a déclaré en décembre la fin des moratoires sur les essais de missiles nucléaires et balistiques, et Pyongyang a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’avait pas l’intention de poursuivre les pourparlers à moins que Washington abandonne ce qu’il décrit comme des politiques « hostiles » envers le Nord.

Biegun a également suggéré le mois dernier qu’une autre rencontre entre Trump et Kim est peu probable, bien qu’il ait laissé espérer des progrès dans les négociations nucléaires.
Malgré cela, des rumeurs entourant la possibilité d’un autre sommet ont tourbillonné la semaine dernière, après que l’ancien conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, aurait déclaré que Trump pourrait poursuivre une autre réunion avec Kim en octobre si cela lui permettait de réélire ses chances.
Le président sud-coréen Moon Jae-in, qui soutient depuis longtemps l’engagement avec le Nord, a également appelé à une autre réunion Kim-Trump avant l’élection présidentielle américaine en novembre, affirmant que le Sud ferait « de son mieux » pour aider à organiser cela.
Mais le Kwon du Nord a décrit Moon comme un « homme intrusif », affirmant que son administration était « guidée par l’habitude de toujours parler en leur faveur ».

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available