Le pape rêve d'un monde post-virus où les inégalités ont disparu

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

ROME —
Le pape François exhorte les fidèles à utiliser le "temps d'épreuve" de la pandémie de coronavirus pour préparer un avenir où les inégalités seront abolies et les plus pauvres ne seront plus laissés pour compte.

"Ce n'est pas une idéologie", a déclaré Francis. "C'est le christianisme."

François a parcouru quelques pâtés de maisons à l'extérieur des murs du Vatican dimanche pour célébrer la messe dans une église voisine pour marquer une fête spéciale dédiée à la miséricorde. Seuls quelques prêtres étaient sur les bancs étant donné le verrouillage strict du virus en Italie.

Dans son homélie, Francis a déclaré que le bilan mondial grave de la pandémie a rappelé au monde qu'il n'y a pas de frontières entre ceux qui souffrent, pas de différences de nationalité entre ceux qui sont frappés ou épargnés.

"Nous sommes tous fragiles, tous égaux, tous précieux", a-t-il déclaré.

"Puissions-nous être profondément ébranlés par ce qui se passe autour de nous", a-t-il déclaré depuis l'autel de l'église Santo Spirito. "Le moment est venu d'éliminer les inégalités, de guérir l'injustice qui mine la santé de toute la famille humaine!"

Bien que les personnes infectées par le coronavirus présentent souvent des symptômes légers ou modérés, des complications possibles comme la pneumonie peuvent mettre leur vie en danger.

Francis utilise ses messes quotidiennes en direct à l'hôtel du Vatican où il vit pour distinguer un groupe particulier de personnes pour la prière pendant la pandémie: les personnes âgées, les médecins et les infirmières, les prisonniers et les personnes handicapées.

Dimanche, il a transmis un message plus large sur les inégalités et la nécessité d'un monde post-virus pour repenser ses priorités. C'est un thème qui fait écho à la prédication pré-pandémique du premier pape latino-américain au monde, qui n'a cessé d'exiger une plus grande solidarité entre riches et pauvres.

Ces derniers jours, Francis a proposé la création d'un salaire de base universel pour aider ceux qui ont perdu leur emploi à cause de la fermeture économique du virus à survivre. Dimanche, il a déclaré qu'il existe un risque grave que le COVID-19 finisse par être apprivoisé, mais que le virus de "l'indifférence égoïste" prenne sa place.

Pour lutter contre ce risque, il a déclaré: "Accueillons cette période d'épreuve comme une occasion de préparer notre avenir collectif. Parce que sans une vision globale, il n'y aura d'avenir pour personne."

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available