in

Zéro participation alors que la Pologne organise des élections fantômes bizarres

WARSAW, POLOGNE —
Le jour du scrutin en Pologne dimanche sera l'un des livres d'histoire car les bureaux de vote restent fermés et le taux de participation atteindra zéro en raison d'une crise politique déclenchée par la pandémie de coronavirus.

Le membre de l'UE de 38 millions de personnes s'est retrouvé dans la situation bizarre de "Twilight Zone" dans laquelle le scrutin présidentiel n'est formellement ni reporté ni annulé, parce que le gouvernement et l'opposition n'ont pas pu se mettre d'accord sur une solution constitutionnelle et sûre.

"Nous sommes dans un brouillard d'absurdité juridique", a déclaré à l'AFP Stanislaw Mocek, politologue basé à Varsovie.

Le gouvernement "aurait dû déclarer une catastrophe naturelle pour reporter légalement les élections" en vertu de la constitution.

Le parti de droite Law and Justice (PiS) a expliqué son refus de le faire en déclarant que la situation du coronavirus en Pologne n'était pas suffisamment grave pour justifier cette décision.

Le parti a également laissé entendre que s'il devait déclarer une catastrophe naturelle, les sociétés multinationales présentes en Pologne réclameraient des sommes énormes en compensation que l'État aurait du mal à payer.

Mais l'opposition libérale et de nombreux observateurs voient également une autre raison pour laquelle le gouvernement a été mis en place le 10 mai, malgré des sondages d'opinion montrant que trois Polonais sur quatre voulaient un report.

L'opposition, qui réclame depuis longtemps un report de la crainte qu'une élection libre, juste et sûre ne soit impossible en cas de lock-out, estime que le PiS souhaite que le scrutin ait lieu le plus tôt possible afin que son allié et titulaire Andrzej Duda l'emporte.

Le président est l'actuel favori et pourrait obtenir un second mandat au premier tour avec 50% des voix, mais son soutien diminuerait probablement une fois que les effets économiques de la pandémie se feront sentir.

Le mois dernier, le parlement contrôlé par le PiS a adopté une loi stipulant que les élections auraient lieu par vote postal uniquement dans le but de calmer les problèmes de santé tout en maintenant la date.

Mais le Sénat contrôlé par l'opposition a siégé pendant des semaines sur la législation avant de la rejeter, ne laissant au gouvernement aucun temps pour organiser les élections.

Mercredi, le PiS et son partenaire allié ont annoncé que le scrutin serait déclaré nul et non avenu après coup.

"Après la date du 10 mai 2020 et la Cour suprême annule les élections comme prévu étant donné que le vote n'aura pas eu lieu, le président du Parlement annoncera une nouvelle élection présidentielle pour la première date disponible", ont-ils ajouté. dit dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

quand les parieurs se ruent sur le ping pong

Little Richard, pionnier du rock'n'roll flamboyant, mort à 87 ans