Indiana: 21 habitants armés de fusils se tiennent en marge d’une manifestation pacifique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des manifestants dans une ville rurale de l’Indiana qui sont descendus dans la rue pour condamner le racisme et les meurtres de policiers par des Noirs ont rencontré des passants qui portaient des fusils pendant la manifestation.

Une vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux montre 21 personnes debout le long d’une piste cyclable près du centre-ville de Crown Point, dans l’Indiana, observant des manifestants les dépasser lundi lors d’une manifestation pacifique contre la brutalité policière et le racisme. Huit des personnes présentes détenaient des armes à feu, un acte du chef de la police de Crown Point, Pete Land, est protégé par la loi de l’État.

« Il y avait des individus – pas liés à un service de police, juste des citoyens privés – qui avaient leurs fusils personnels exposés », a déclaré Land mardi lors d’un forum virtuel de la ville. « Ils ont le droit de le faire. »

Il est légal dans l’Indiana de porter un fusil ou un fusil de chasse, mais un permis est nécessaire pour porter une arme de poing en public, a expliqué Land.

La manifestation de lundi a attiré des dizaines de manifestants contre le meurtre de George Floyd, un homme noir de 46 ans décédé le 25 mai après avoir demandé de l’air tandis qu’un policier blanc de Minneapolis pressait son genou dans le cou de Floyd.

L’ancien officier Derek Chauvin a été accusé de meurtre au deuxième degré. Mercredi, les trois autres policiers sur les lieux ont été inculpés pour complicité de meurtre au deuxième degré et d’homicide involontaire coupable au deuxième degré.

Cédric Caschetta, qui a assisté à la manifestation de près de trois heures, a déclaré que certaines personnes se tenaient de l’autre côté de la rue où la manifestation a commencé et ont tenté de les contrarier. Caschetta, 20 ans, a déclaré que la foule de l’opposition a crié: «trouvez un emploi», «vous n’appartenez pas ici» et «vous êtes le problème».

Caschetta, qui est noir, a noté qu’il comprenait les droits du deuxième amendement des gens mais que le type d’arme à feu que les passants portaient était excessif.

« Leur message était l’intimidation, la protection », a déclaré Caschetta, un junior du Elmhurst College qui vit à Lowell.

Pendant ce temps, des policiers ont accompagné les manifestants pour les assurer du soutien et de la protection du département, a déclaré Land. La police a également déclaré aux opposants aux manifestants que le département soutenait la manifestation.

A lire aussi: la mort de Floyd requalifiée en “meurtre”, 4 policiers inculpés

« (Nous) avons veillé à ce que leur message soit diffusé. Nous avons accepté leur message », a déclaré Land. « Crown Point n’est pas Minneapolis. »

Le maire de Crown Point, David Uran, a souligné que les manifestants exerçaient leurs droits de premier amendement.

« C’était une manifestation pacifique. Ils ont été autorisés à se rendre sur place », a déclaré Uran lors d’une réunion virtuelle du conseil municipal lundi après la manifestation. « Le ton a été donné très tôt que ça allait être très paisible. »

À Indianapolis, un responsable du département de police a déclaré que l’agence enquêtait sur les actions de plusieurs policiers capturés sur vidéo lors d’une manifestation dimanche à l’aide de matraques et de boules de poivre pour maîtriser deux femmes.

La vidéo, publiée sur Twitter et Facebook, montre une femme noire, qui était détenue par derrière par un officier blanc de sexe masculin, s’échappant de sa prise, puis entourée de plusieurs autres officiers. Il y a des bruits audibles et la vidéo montre plusieurs nuages ​​de poussière, qui seraient des boules de poivre, près de la femme. Il montre également que deux policiers l’ont frappée avec des matraques jusqu’à ce qu’elle tombe au sol. La vidéo montre également qu’elle est détenue face contre terre avec un bâton à l’arrière du cou.

Une deuxième femme, blanche, est vue et entendue crier: « Pourquoi elle? Pourquoi elle? » Un autre officier précipite la deuxième femme, la pousse au sol, où elle est maîtrisée par des officiers. La vidéo ne montre pas ce qui a conduit à l’incident.

En annonçant l’enquête, la porte-parole du département de police métropolitaine d’Indianapolis, le Sgt. Grace Sibley a refusé de fournir des informations supplémentaires.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus