Un tribunal français juge l’État responsable d’une drogue liée à des malformations congénitales

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un tribunal a ordonné jeudi à l’Etat français de payer des dizaines de milliers d’euros de dommages et intérêts après l’avoir jugé responsable dans une affaire de malformations congénitales liées à un médicament anti-épilepsie produit par le géant pharmaceutique Sanofi.

Le tribunal français a ordonné à l’État d’indemniser trois familles qui ont déposé une plainte après que les femmes ont pris le médicament et donné naissance à des enfants souffrant de malformations congénitales, d’autisme ou de difficultés d’apprentissage.

Le tribunal a jugé que Sanofi et les médecins qui avaient prescrit le médicament Depakine étaient également responsables, dans un scandale qui a touché entre 15 000 et 30 000 enfants, selon des études.

L’État a été condamné à indemniser les trois familles entre 20 000 et 200 000 euros (22 500 $ – 225 000 $), selon la date de naissance des cinq enfants qui ont maintenant entre 11 et 35 ans.

« L’Etat a négligé ses devoirs de surveillance (drogue) », a indiqué le tribunal dans un communiqué.

« Je salue la condamnation de l’État, à laquelle nous nous attendions », a déclaré Marine Martin, présidente de l’Association faîtière pour aider les parents d’enfants souffrant du syndrome anticonvulsivant (APESAC), qui représente 7 000 familles de victimes.

« Mais je suis en colère parce que 80% des enfants nés avant 2004 sont exclus de l’indemnisation », a-t-elle déclaré, ajoutant que l’autisme signifie que les enfants sont handicapés à vie.

Lors de l’audience de mercredi dernier, l’expert consultatif de la Cour a déclaré que l’État connaissait les risques de malformations de 1983 et de 2004 pour les troubles d’apprentissage et l’autisme.

Dans le cas d’un enfant né en 1985, le tribunal a suivi l’expert et a jugé que les risques de défauts physiques étaient connus et auraient dû alerter les autorités, mais que les risques d’autisme n’étaient pas clairs à l’époque.

En conséquence, les trois familles font appel de la décision du tribunal, a indiqué à l’AFP l’avocat des familles Charles Joseph-Oudin.

Sanofi fait face à des accusations distinctes de fraude aggravée et de blessure involontaire, bien que dans le système juridique français, les accusations ne signifient pas automatiquement que l’affaire atteindra une salle d’audience, car les procureurs pourraient décider de ne pas passer en jugement.

La société pharmaceutique a nié tout acte répréhensible, affirmant avoir averti les autorités sanitaires des risques du médicament dans les années 80.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available