La Russie dénonce le Royaume-Uni à propos des sanctions contre ses citoyens

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Jeudi, Moscou a qualifié les sanctions britanniques contre 25 Russes accusés de violations des droits de l’homme de « pas hostile » et « politiquement biaisé ».

On ne sait pas sur quelle base Londres avait le droit de « désigner les coupables » et de « décider des sanctions » pour l’implication présumée des chiffres dans la mort du comptable fiscal russe Sergei Magnitsky dans une prison de Moscou, a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, à Moscou. conférence.

Elle a fait valoir que Moscou avait à plusieurs reprises donné « des commentaires et des explications exhaustifs » sur l’affaire, que Londres « préfère ignorer ».

« Il s’agit d’une décision politiquement biaisée et elle aura un impact très négatif sur nos relations bilatérales, qui ont déjà été sérieusement endommagées par la partie britannique au cours des dernières années », a-t-elle déclaré.

Zakharova a ajouté que le bilan de la Grande-Bretagne en matière de droits de l’homme était « loin d’être impeccable », déclarant que le Royaume-Uni avait étouffé « les crimes de l’armée britannique en Irak » et que les services de renseignement du pays étaient impliqués dans la collecte illégale de données personnelles, avant d’ajouter c’était aussi le cas des «pédophiles de haut rang de la cathédrale de l’Ouest».

« Le principe de réciprocité est l’un des principes fondamentaux des relations interétatiques, nous nous réservons donc le droit de prendre une réponse adéquate et appelons Londres à abandonner le langage des accusations sans fondement, en choisissant la voie du dialogue civilisé sur les problèmes et préoccupations existants. , » dit-elle.

Le 6 juillet, le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a annoncé le nouveau système de sanctions indépendant du Royaume-Uni après le Brexit et que le système avait ciblé une cinquantaine de violateurs des droits de l’homme en Arabie saoudite, en Russie, au Myanmar et en Corée du Nord.

Les mesures comprennent le gel des avoirs et l’interdiction de voyager et ciblent ceux qui violent les droits de l’homme, ainsi que ceux qui soutiennent ou profitent financièrement des violations des droits.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus