Les YPG, soutenus par les États-Unis, torturent et tue un homme kidnappé contre rançon dans le nord de la Syrie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le groupe terroriste YPG / PKK a tué un jeune homme qu’ils détenaient contre rançon tout en le torturant dans les zones sous leur occupation dans le nord de la Syrie.

Selon des informations obtenues de sources locales, les terroristes ont détenu Azaba Aziz as-Shallash contre son gré dans le district de Tabqa de la province de Raqqa pour implication supposée dans des groupes terroristes.

Après avoir détenu as-Shallash à Tabqa pendant une semaine, les terroristes l’ont emmené à la prison d’al-Kasra dans la province de Deir el-Zour.

L’homme de 26 ans a été torturé à mort lorsque sa famille démunie n’a pas pu payer la forte somme exigée par les YPG / PKK pour sa libération.

Les terroristes des YPG / PKK ont rendu le corps à la famille d’as-Shallash plus tôt dans la semaine sans leur dire la cause de la mort.

Il y avait des traces de torture aggravée sur son corps.

As-Shallash et sa famille sont venus à Tabqa il y a deux ans pour échapper aux affrontements à Deir el-Zour.

Les terroristes des YPG / PKK capturent et emprisonnent souvent des jeunes pour les recruter de force dans les zones qu’ils occupent en Syrie. Le groupe détient également des civils sur de fausses accusations de faire taire les opposants ou d’exiger une rançon.

La semaine dernière, le groupe terroriste a attaqué les colonies de Deir el-Zour pour faire taire la dissidence, détenant des dizaines de civils dans une soi-disant «lutte contre le terrorisme».

Au cours de la première semaine de juillet, les YPG / PKK ont recruté de force 400 jeunes dans la province du nord-est de Hassakeh.

Au cours des deux derniers mois, ils se sont concentrés sur les enlèvements d’enfants, en arrachant au moins quatre, dont deux filles.

L’utilisation d’enfants soldats par les YPG / PKK a été à plusieurs reprises documentée et critiquée par des organisations internationales de défense des droits humains, notamment Amnesty International et Human Rights Watch (HRW). Le groupe aurait incité les familles à abandonner leurs enfants ou à les kidnapper carrément, les emmenant dans des camps d’entraînement où ils se voient refuser tout contact avec leur famille.

En 2018, un rapport annuel des Nations Unies sur les enfants dans les conflits armés a révélé 224 cas de recrutement d’enfants par les YPG / PKK entre janvier et décembre 2017, soit une multiplication par cinq par rapport aux années précédentes.

HRW a également documenté que le groupe terroriste continue de recruter des enfants malgré les objections des familles et empêche les parents d’entrer en contact avec leurs enfants, soulignant que les YPG / PKK utilisent la torture et perturbent délibérément les services éducatifs et de santé.

Au cours de sa campagne terroriste de plus de 40 ans contre la Turquie, le PKK, répertorié comme organisation terroriste par la Turquie, les États-Unis et l’Union européenne, a été responsable de la mort de 40 000 personnes, dont des femmes, des enfants et des nourrissons. Le YPG est la ramification syrienne du PKK.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus