Hong Kong pourrait reporter les élections d’un an en raison d’un virus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le gouvernement de Hong Kong pourrait reporter d’un an le vote pour les sièges à la législature de la ville prévu le 6 septembre au milieu des craintes d’une résurgence des nouveaux cas de coronavirus, a rapporté mercredi la chaîne publique RTHK.

Un report serait un coup dur pour la tentative du camp de l’opposition pro-démocratie de gagner une majorité historique à l’assemblée de la ville après que Pékin a imposé une nouvelle loi sur la sécurité largement critiquée par les pays occidentaux comme érodant les droits des citoyens.

Le rapport du RTHK cite des sources non identifiées et ne donne pas plus de détails.

Quelque 600 000 personnes ont voté ce mois-ci lors des sondages non officiels des primaires pour l’opposition à Hong Kong, envoyant une génération plus jeune et plus conflictuelle de politiciens pro-démocratie dans la course à la législature.

L’élection du Conseil législatif, ou Legco, serait le premier vote dans l’ancienne colonie britannique depuis l’introduction de la législation sur la sécurité nationale dans la ville semi-autonome.

La loi punit ce que la Chine définit au sens large comme la sécession, la subversion, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères jusqu’à la prison à vie et voit des agents de sécurité chinois continentaux opérer officiellement dans la ville pour la première fois.

Les détracteurs de la loi affirment qu’elle érode les libertés promises à Hong Kong lorsqu’elle a été rendue à la Chine par la Grande-Bretagne en 1997, tandis que les partisans disent qu’elle rétablirait la stabilité après un an de manifestations souvent violentes en faveur de la démocratie dans la ville.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré au haut diplomate chinois Wang Yi que la Grande-Bretagne suivrait de près les élections à Hong Kong et a souligné que la Chine devait rétablir la confiance dans la communauté mondiale, a déclaré mardi un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.

Hong Kong a signalé environ 3000 cas de coronavirus depuis janvier et plus de 20 décès – bien moins que dans d’autres grandes villes du monde.

Mais le gouvernement a mis en garde contre une nouvelle vague d’infections dans la communauté et a interdit les repas dans les restaurants et limité les réunions de groupe à deux personnes.

Le centre financier rival de Singapour, qui a connu une épidémie de coronavirus plus importante, a organisé des élections générales ce mois-ci.

Au moins 68 pays et territoires ont retardé les élections nationales ou régionales en raison du coronavirus depuis février, a déclaré l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale.

Au moins 49 pays et territoires ont décidé de tenir des élections nationales ou infranationales, a-t-il déclaré.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus