Des avions cargo militaires russes atterrissent à Syrte, selon l’armée libyenne

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Deux avions-cargos militaires russes ont atterri dans la ville stratégique de Syrte en Libye, qui est sous le contrôle des forces illégitimes fidèles au putschiste général Khalifa Haftar, a annoncé dimanche l’armée libyenne.

S’adressant à l’Agence Anadolu (AA), le général Abdulhadi Dirah, porte-parole de l’Unité des opérations conjointes Syrte-Jufra de l’armée, a déclaré que les avions avaient atterri sur la base aérienne de Ghardabiya à 15 kilomètres au sud de la ville côtière méditerranéenne de Syrte.

En mai 2015, des militants de Daech ont pris le contrôle de l’aéroport quelques semaines seulement après avoir pris le contrôle de Syrte, à proximité. Le 4 juin 2016, des combattants du gouvernement pro-libyen ont déclaré qu’ils avaient capturé la base aérienne de Daech. En janvier 2020, les forces de Haftar ont déclaré qu’elles avaient pris le contrôle de Syrte, y compris la base aérienne de Ghardabiya.

Les avions russes étaient des avions cargo militaires. Il n’y avait aucun détail sur ce que contenait la cargaison, mais les responsables de l’armée libyenne soupçonnent que les avions étaient chargés de munitions pour fournir un soutien militaire aux forces de Haftar.

La Libye est déchirée par la guerre civile depuis l’éviction du défunt dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011. Le gouvernement a été fondé en 2015 dans le cadre d’un accord des Nations Unies, mais les efforts pour un règlement politique à long terme ont échoué en raison d’une offensive militaire des forces. fidèle au seigneur de guerre Haftar.

Depuis avril 2019, les forces de Haftar ont lancé des attaques contre la capitale libyenne de Tripoli et d’autres régions du nord-ouest de la Libye, faisant des milliers de morts, y compris des civils. Dans le conflit libyen, les forces de Haftar sont soutenues par la Russie, l’Égypte, les Émirats arabes unis (EAU), la France et plusieurs puissances régionales. En revanche, le Gouvernement d’accord national (GNA) légitimement reconnu internationalement est principalement soutenu par la Turquie et le Qatar. Le gouvernement libyen a récemment remporté d’importantes victoires contre Haftar, poussant ses forces hors de Tripoli et de la ville stratégique de Tarhuna.

Des mercenaires et des armes étrangers ont afflué dans le pays, en grande partie depuis la Russie et les Émirats arabes unis, depuis que Haftar a lancé son offensive. Le 24 juillet, le commandement militaire américain pour l’Afrique (AFRICOM) a accusé la Russie de «jouer un rôle inutile en Libye en livrant des fournitures et du matériel au groupe Wagner». En mai, AFRICOM a rapporté qu’au moins 14 Mig-29 et Su-24 avaient été transportés par avion de Russie vers la Syrie et avait précédemment fourni des preuves photographiques que Wagner avait posé des mines terrestres et des engins explosifs improvisés (EEI) dans des zones civiles à Tripoli et aux alentours.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a déclaré la semaine dernière qu’un cessez-le-feu « durable » devrait signifier que le GNA est en mesure d’étendre son contrôle à l’est de Tripoli, dans les zones actuellement détenues par les forces de Haftar.

Cela, a-t-il ajouté, signifie être en mesure de prendre le contrôle du port stratégique de Syrte, une porte d’entrée vers les champs pétrolifères du pays, et de la base aérienne de Jufra au sud. Haftar, a-t-il ajouté, « ne croit toujours pas à une solution politique et peut attaquer … Tripoli à tout moment ».

Les forces du GNA ont promis de reprendre Syrte, la dernière colonie majeure avant la frontière traditionnelle entre l’ouest de la Libye et le bastion de Haftar à l’est.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus