L’Ouest exhorte la Biélorussie à s’abstenir de toute violence alors que le président promet d’annuler les rassemblements de l’opposition

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Plusieurs pays occidentaux ont exhorté lundi la Biélorussie à faire preuve de retenue après une répression policière des manifestations à la suite d’une élection présidentielle dans la république post-soviétique.

Les responsables électoraux ont déclaré lundi que le président Alexander Lukashenko avait remporté un sixième mandat avec 80% des voix, tandis que la challenger de l’opposition Sviatlana Tsikhanouskaya avait obtenu 10%. Tsikhanouskaya a rejeté les résultats officiels comme une imposture et a exigé un recomptage. Des dizaines de personnes ont été blessées et des milliers de personnes détenues des heures après le vote de dimanche, lorsque la police a brutalement dispersé la plupart des jeunes manifestants avec des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des grenades flash-bang et les a battus avec des matraques.

La Maison Blanche s’est déclarée « profondément préoccupée » par l’élection présidentielle au Bélarus et a exhorté les autorités à autoriser les manifestations.

Kayleigh McEnany, attachée de presse du président américain Donald Trump, a déclaré que « l’intimidation des candidats de l’opposition et la détention de manifestants pacifiques » figuraient parmi les nombreux facteurs qui « ont entaché le processus ».

« Nous exhortons le gouvernement biélorusse à respecter le droit de se rassembler pacifiquement et à s’abstenir de recourir à la force », a-t-elle déclaré aux journalistes. Pendant ce temps, la France a appelé «la plus grande retenue».

« Nous observons avec inquiétude les violences contre les citoyens biélorusses qui ont manifesté après la fermeture des bureaux de vote et appelons à la plus grande retenue », a déclaré le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

De même, le Royaume-Uni a demandé au gouvernement biélorusse de faire preuve de retenue après une élection de week-end « gravement imparfaite ». «Le Royaume-Uni appelle le gouvernement biélorusse à s’abstenir de nouveaux actes de violence à la suite des élections présidentielles gravement imparfaites», a déclaré le ministre des Affaires étrangères, James Duddridge.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a déclaré que son pays était « profondément préoccupé » par la répression policière et souhaitait que le gouvernement biélorusse fasse preuve de retenue.

Dans un communiqué, Champagne a déclaré que les actions des autorités avaient « encore érodé la légitimité démocratique du vote » et a appelé à ce que les résultats des élections de dimanche « reflètent la volonté du peuple ».

L’Union européenne a condamné la répression policière et a appelé à la libération immédiate de tous les détenus.

Dans une déclaration conjointe, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, et le commissaire européen chargé des relations avec les voisins proches de l’Europe, Oliver Varhelyi, ont déploré que «la nuit des élections ait été entachée de violences étatiques disproportionnées et inacceptables contre des manifestants pacifiques».

«Les autorités biélorusses doivent veiller à ce que le droit fondamental de réunion pacifique soit respecté», ont-ils déclaré.

Les voisins de l’UE et de l’OTAN du Bélarus, la Pologne et la Lituanie, ont également émis de vives reproches. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a appelé les dirigeants de l’Union européenne à convoquer un sommet extraordinaire pour soutenir les aspirations démocratiques du peuple biélorusse.

Loukachenko a averti lundi que les manifestants qui contestent les résultats du vote officiel prolongeant son règne de 26 ans feront face à une répression sévère, ridiculisant l’opposition comme des «moutons» manipulés par des maîtres étrangers.

Loukachenko, dont le règne de la main de fer depuis 1994 a alimenté le mécontentement croissant dans l’ex-pays soviétique de 9,5 millions d’habitants, a averti qu’il n’hésiterait pas à utiliser à nouveau la force pour disperser les manifestations de l’opposition. Il a fait valoir que les manifestants avaient rencontré une réponse appropriée du jour au lendemain après avoir blessé 25 policiers et tenté de prendre le contrôle des bâtiments officiels dans plusieurs villes biélorusses.

« Nous ne leur permettrons pas de déchirer le pays », a-t-il déclaré.

L’ancien directeur d’une ferme d’État, âgé de 65 ans, a affirmé que l’opposition était dirigée depuis la Pologne et la République tchèque, ajoutant que certains groupes en Ukraine et en Russie auraient également pu être à l’origine des manifestations.

«Ils dirigent le quartier général (de l’opposition) là où ces moutons ne comprennent pas ce qu’ils veulent d’eux», a-t-il dit dans une référence dédaigneuse à Tsikhanouskaya et à sa campagne.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 89 personnes avaient été blessées pendant les manifestations, dont 39 agents des forces de l’ordre, et environ 3 000 personnes avaient été arrêtées, dont 1 000 à Minsk.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus