Il est peu probable que les mères transmettent le COVID-19 aux nouveau-nés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Alors que la pandémie en cours, la crise de santé publique qui s’ensuit et les troubles économiques alimentent encore plus d’anxiété chez les femmes enceintes, un médecin turc tente d’assurer à ses patients que le risque qu’une mère infecte son nouveau-né est toujours très faible, en particulier avec les précautions nécessaires.

En fait, plusieurs études ont montré que la majorité des bébés nés de mères positives au COVID-19 n’étaient ni positifs ni symptomatiques et il a été constaté que les nouvelles mères ne transmettraient pas le coronavirus à leurs bébés.

Dans une interview avec Anadolu Agency (AA), l’obstétricienne et gynécologue Emine Zeynep Yılmaz a répondu à certaines questions fréquemment posées sur la grossesse et l’accouchement à l’époque du coronavirus.

Elle a déclaré que des données récentes montrent qu’elles n’augmentent pas le risque de contracter le virus et que la plupart des mères infectées se rétablissent avant même l’accouchement.

«De nombreuses grossesses connues ou suspectées de COVID-19 présentent des symptômes légers et ne nécessitent pas de soins hospitaliers», a-t-elle déclaré. Bien que comme les autres patients à haut risque, les femmes enceintes devraient également se mettre en quarantaine, a souligné le médecin.

«À l’exception des femmes enceintes au cours du dernier trimestre, elles devraient compter le nombre de coups de pied fœtaux et appeler leur médecin si elles remarquent une diminution des mouvements du fœtus», a-t-elle déclaré.

Quelque 116 millions de bébés devraient naître à travers le monde sous l’ombre de la pandémie COVID-19, selon un récent rapport de l’ONU.

Risques plus élevés d’accouchement prématuré, césarienne

Yılmaz a poursuivi en disant que les chances de naissance prématurée et d’accouchement par césarienne étaient plus élevées chez les mères qui contractent le virus en raison de la fièvre et de l’hypoxémie.

« Plus de 95% des nouveau-nés étaient en bon état à la naissance. De plus, les risques de fausse couche n’ont pas augmenté sur la base de données récentes. »

Le médecin a déclaré que le taux de virus dans le sang des patients atteints de COVID-19 était faible, de sorte que la transmission du placenta au bébé est rare. À ce jour, il y a eu un cas où les médecins ont signalé qu’un bébé était infecté in utero par le coronavirus, puis naissait avec le COVID-19. La mère a été infectée par le virus au cours du dernier trimestre de sa grossesse.

Elle a poursuivi en disant que la plupart des femmes contractent le virus dans le nasopharynx ou le haut de la gorge. Les échantillons de liquide vaginal et amniotique de ces femmes étaient pour la plupart négatifs.

« Quelques cas possibles d’infection congénitale, sur la base du laboratoire néonatal avec / sans signes cliniques, ont été rapportés mais les résultats ne sont pas des preuves définitives d’infection in utero et, dans beaucoup de ces cas, l’infection précoce du bébé peut avoir été due à un contact avec parents infectés ou soignants après la naissance. Ainsi, l’importance de la transmission de la mère au bébé pendant qu’elle est enceinte reste faible mais peu claire avec les données récentes », a-t-elle ajouté.

Elle a dit qu’il n’était pas clair si les mères allaitantes pouvaient transmettre le virus aux bébés.

«Bien que certains rapports concluent que tous les échantillons de lait maternel de mères atteintes de COVID-19 ont été testés négatifs, certains enquêteurs ont rapporté avoir identifié des échantillons de lait maternel positifs pour le virus», a-t-elle déclaré. Elle a souligné que davantage de données sont nécessaires pour évaluer le risque de transmission virale par le lait maternel.

Précautions

Malgré toutes les données et rapports positifs, Yılmaz a déclaré que les bébés de mères testées positives pour le COVID-19 sont considérés comme des suspects potentiels et sont maintenus isolés. Parmi les symptômes du COVID-19 chez les bébés figurent la fièvre et la difficulté à s’alimenter.

« Les symptômes respiratoires peuvent être minimes; lorsqu’ils sont présents, les symptômes respiratoires sont similaires à ceux causés par d’autres coronavirus et la grippe, bien que la toux puisse être moins importante », a-t-elle ajouté.

Afin de protéger les bébés des mères infectées, ils sont séparés au moment de la naissance. Mais cela, dit-elle, pourrait stresser à la fois la mère et le bébé. D’autres précautions pourraient inclure le maintien d’une bonne hygiène des mains et le port de masques. Des précautions similaires doivent être suivies tout au long de la grossesse.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available