Covid-19 : le pangolin ne serait pas à l’origine de la maladie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Selon des cherches, le pangolin, animal en voie d’extinction, devenu une star planétaire, serait accusé à tort d’avoir transmis le SARS-CoV-2 à l’homme.

Le pangolin a été longtemps soupçonné d’avoir été celui qui a transmis le Covid-19 à l’espèce humaine mais selon des chercheurs,  le petit fourmilier à écailles semble de plus en plus innocenté.

« En fait, les similitudes entre le virus infectant le pangolin et le SARS-CoV-2 qui touche les humains ne concernent qu’un tout petit domaine nécessaire à l’entrée du virus dans nos cellules » souligne, chez nos confrères de Leparisien, Etienne Decroly, microbiologiste, directeur de recherche au CNRS qui a récemment publié une étude sur le sujet.

Quand l’épidémie s’est déclarée à Wuhan, en Chine, les enquêteurs en blouse blanche se sont penchés sur sa généalogie. Ce qui est certain, c’est que le SARS-CoV-2 vient des chauves-souris rhinolophes. On a en effet trouvé des traces d’un virus à 96,2 % identique chez ces petits animaux nocturnes en Chine, relate Le parisien.

« Jusque-là, rien de très surprenant, ces mammifères volants sont le réservoir naturel des coronavirus, rapporte Alexandre Hassanin, zoologiste au Muséum national d’histoire naturelle. Avec leur habitude de vivre à plusieurs centaines dans les mêmes caves, parfois plusieurs espèces ensemble. » Ceci dit, les coronavirus de chauve-souris, s’ils peuvent exceptionnellement contaminer des humains, ne peuvent pas être à l’origine de pandémies chez l’homme.

Beaucoup trop peu

Il faut donc chercher le chaînon manquant. C’est là que la protéine S entre en jeu (Spike en anglais, spicule en français). Elle donne sa forme de couronne caractéristique aux coronavirus et, pour le dire schématiquement, sert de « clé » pour entrer dans telle ou telle espèce. Or, des échantillons de virus récupérés sur des pangolins de Malaisie présentent, eux, une « clé » très similaire à celle du SARS-CoV-2.

Partant de là, le pangolin a été pointé du doigt. Dès février, un communiqué de l’Université du Sud-de-la-Chine déclarait qu’après avoir testé plus de 1 000 échantillons d’animaux sauvages, les génomes de coronavirus prélevés sur un pangolin malais seraient à 99 % identiques à ceux trouvés chez les patients atteints du Covid-19. « La communication, lancée avant même que l’article ne soit publié dans une revue scientifique, s’est emballée, décrypte Alexandre Hassanin. En réalité, seule la portion qui code la protéine S est quasi identique. » Sinon, le génome n’est similaire qu’à 89 %. C’est beaucoup trop peu!

L’hôte intermédiaire, un petit charognard ?

Le pangolin reste donc présumé innocent. « On peut envisager comme hôte intermédiaire un petit charognard, civette masquée, chien viverrin, ou blaireau par exemple, indique Alexandre Hassanin. Beaucoup sont vendus vivants sur les marchés chinois, placés à côté de cages des pangolins… » En 2002, pour le Sras, des chercheurs avaient identifié la civette comme chaînon manquant de l’épidémie. Cette fois, un an après la flambée du Covid-19, toujours rien. Et, comme lors d’enquêtes policières, plus tard on agit, plus il est difficile de retrouver des indices probants.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus