le chef du parlement officiellement nouveau président

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Le chef du parlement péruvien, Manuel Merino, a endossé mardi la fonction de président du pays, au lendemain de la destitution par ce même parlement de l’ex-président Martin Vizcarra qui a mis en cause la « légitimité » de son successeur.

« Je jure par Dieu, par le pays et par tous les Péruviens que j’exercerai fidèlement » la fonction de président, a déclaré M. Merino, un ingénieur agronome de centre-droit de 59 ans presque inconnu des Péruviens, qui devient le troisième président du pays andin depuis 2016.

M. Vizcarra est remplacé par le président du Parlement, le poste de vice-président étant vacant depuis la démission non remplacée de Mercedes Araoz il y a un an lors d’une crise politique distincte.

Dans les rues du centre historique de Lima, proches du parlement, quelque 600 policiers ont dispersé avec du gaz lacrymogène des groupes de manifestants hostiles à la procédure de destitution, approuvée lundi par 105 parlementaires sur 130.

Une trentaine de manifestants ont été arrêtés et plusieurs personnes blessées, selon la police et des médias locaux.

D’autres manifestations se sont déroulées dans des grandes villes du pays.

Lors de son premier discours devant le Parlement, M. Merino a assuré que son « premier engagement (…) est de respecter le processus électoral en cours ». « Personne ne peut changer la date des élections prévues pour le 11 avril 2021 », a-t-il assuré.

Il a ensuite appelé à l' »unité » nationale et a promis qu’il quitterait ses fonctions le 28 juillet 2021, le jour où le mandat de M. Vizcarra devait prendre fin.

– « Légalité et légitimité » –

M. Vizcarra, qui avait annoncé lundi qu’il ne ferait pas d’obstruction judiciaire à sa destitution pour « incapacité morale », a remis en cause mardi « la légalité et la légitimité » de l’accession au pouvoir du président du parlement.

« Je suis inquiet, comme beaucoup de Péruviens, car une autorité a besoin de deux principes et conditions de base pour pouvoir exercer son autorité: la légalité et la légitimité », a déclaré M. Vizcarra.

« La légalité est remise en question parce que la Cour constitutionnelle n’a pas encore statué et que la légitimité est donnée par le peuple », a-t-il dit.

La Cour constitutionnelle doit se prononcer en décembre sur la portée de « l’incapacité morale » qui a visé M. Vizcarra lors d’une première motion de destitution, présentée en septembre par le président du parlement mais rejetée par les parlementaires.

M. Vizcarra s’est également engagé à collaborer avec le bureau du procureur dans les enquêtes sur les allégations de pots-de-vins présumés qu’il aurait reçus en tant que gouverneur en 2014, accusations qu’il nie et qui ont servi d’argument au parlement pour le destituer.

– « Coup d’Etat déguisé » –

Pour l’ancien maire de Lima et candidat probable à la présidence, George Forsythe, la destitution de M. Vizcarra, qui dispose d’un niveau record de popularité après ses 32 mois à la tête du pays, est semblable à « un coup d’Etat déguisé ».

L’ancienne candidate de gauche à l’élection présidentielle, Veronika Mendoza, a estimé « honteux et scandaleux ce qui s’est passé au Congrès », tandis que l’archevêque catholique de Lima, Carlos Castilo, a déclaré que le Congrès n’avait pas « le sens des proportions » en révoquant le président.

Selon des récents sondages, 54% des Péruviens soutiennent M. Vizcarra et 78% estiment que l’enquête sur ses allégations de corruption aurait dû attendre la fin de son mandat.

La prise de pouvoir de Manuel Merino suscite de vives craintes dans les secteurs économique et financier en raison des initiatives populistes du Parlement qui, selon les analystes, nuiraient au maintien de l’équilibre macroéconomique du Pérou.

D’autant que la Banque centrale prévoit une baisse de 12,5% du PIB en 2020 en raison de la pandémie. Avec 35.000 décès, le Pérou est le pays qui a le taux de mortalité le plus élevé au monde par rapport à sa population.

Mardi, la Bourse de Lima chutait de 6,5%.

La Commission interaméricaine des droits de l’Homme (CIDH) a appelé le Pérou à résoudre la crise politique actuelle « dans le respect de l’Etat de droit ».

Vu par la population comme le héraut de la lutte contre la corruption, M. Vizcarra, qui s’est retrouvé à la tête du pays après la démission en 2018 de son prédécesseur, Pedro Pablo Kuczynski, dont il était le vice-président, n’était membre d’aucun parti politique et ne disposait d’aucun soutien parlementaire.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus