Payet, la revanche des 11 mètres

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Cette fois, Dimitri Payet n’a pas tremblé dans l’exercice du penalty: il en a transformé deux pour donner enfin à l’OM sa première victoire en Ligue des champions, contre l’Olympiakos (2-1), mardi.

Moqué, poussé sur le banc, le N.10 à la coiffure mygale a répondu sur le terrain. Très exactement depuis le rond des 11 m.

Son penalty complètement manqué à Porto (3-0) pour la 3e journée correspondait à l’étiage de son début de saison raté.

Il aurait alors pu relancer son équipe, menée 1-0 au Stade du Dragon. Elle a plongé derrière.

Payet a gommé ce mauvais souvenir devant le virage Nord nu du Vélodrome.

Imperturbable, le Réunionnais a cette fois botté dans la lucarne gauche de José Sa les deux penalties sifflés après consultation de la vidéo par l’arbitre espagnol, Jesus Gil Manzano.

Sur le premier, les joueurs de l’Olympiakos, au courant de son grossier échec de Porto, ont bien essayé de déstabiliser Payet en lui tournant autour, mais cette fois les nerfs du Marseillais l’ont pas trahi.

Sur le second, le gardien portugais de l’Olympiakos touche le ballon, mais en vain.

Payet a signé à 33 ans ses deux premiers buts en C1 et offert un espoir de Ligue Europa à son équipe, même si un troisième but aurait été nécessaire pour passer devant Olympiakos à la différence de buts particulière.

En dehors de la surface, le « Marseillais à vie » (il a signé pour quatre ans de plus) a été correct, sans plus.

Mention passable sur un centre tir contré (8), un coup du foulard un peu gratuit, et inefficace, pour centrer… sur les Grecs (24)

– Pas encore le grand Payet –

Satisfaisant sur bon décalage pour Rongier (30), qui n’a pas cadré, ou un coup franc dangereux dans la boîte mais sorti par Semedo (38).

Sa troisième plus belle action du match, après les deux penalties, est un geste de défenseur, un tacle pour aller chercher le ballon dans les pieds de Kostas Fortounis dans les toutes dernières secondes (90+7) et conserver la victoire.

Ce n’était pas encore le grand Payet, mais il a proposé quelques gestes intéressants, et montré une certaine classe teintée de sang froid sur les penalties.

Il en faudra plus pour le relancer pour de bon cette saison. « Dim » avait même perdu sa place dans le onze de départ sur les deux matches suivant la défaite à Porto.

Mais lors de son entrée à Strasbourg, il a fait la différence sur un seul geste, une passe de volée, alors qu’il était couché, qui a amené le but vainqueur (1-0). Ce fut la seule occasion marseillaise de ce match…

A nouveau titulaire, il a marqué contre Nantes (3-1) son deuxième but en Ligue 1 de la saison.

Sur des éclairs, Payet peut toujours sauver l’OM. Il faut maintenant qu’il monte en régularité, avec l’appui d’André Villas-Boas, qui l’a toujours soutenu.

Bref, il faut étendre son emprise sur le jeu à plus de 11 mètres.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus